Retour

Les Jeux Equestres Mondiaux 2014 : Oh mon dieu, j’y étais.

Mardi dernier j’ai eu la chance d’être invitée aux Jeux Équestres Mondiaux par Equi-thème. Non, je ne m’en suis toujours pas remise.

Ce n’est pas tous les jours que la marque de produits que tu vénères depuis que tu as l’âge de feuilleter un catalogue, te propose d’assister à la plus grosse manifestation équestre du monde. Ce n’est pas tous les jours, non, c’était juste mardi dernier.

Inutile de te décrire ma tête le matin où j’ai reçu un mail de Sophie, community manager d’Ekkia. Pour faire simple, à l’intérieur de moi-même ma mâchoire pendait plus ou moins au niveau de mes orteils. À l’extérieur, je restais digne, bien évidemment.

Trouble du sens de l’orientation, cartable et foutre de taureau

Un peu de préparation psychologique, une demi-nuit de sommeil et deux cachets de taurine plus tard, je recevais un message de Florence, créatrice du blog Ekitado, me prévenant qu’elle m’attendait en bas de mon appartement.

Il était cinq heure et demi du matin et sa mère, qui l’avait amené jusque là, méritait la médaille du meilleur taxi (toute berlines confondues).

Florence et moi avons embarqué dans ma Clio pleine de paille et au doux fumet de crottin. On ne se connaissait pas encore et pourtant nous avons transformé les deux heures et demi de trajet en une conversation express. Entre fières propriétaires de trotteurs, on se comprend.

Arrivées à Caen, de furtifs panneaux annonçaient bien que quelque chose se tramait. Après nous être garées sur le mauvais parking et avoir voulu rentrer sur le site par la mauvaise porte, nous avons enfin réussi à piétiner notre poisse à coup de bonne humeur et de blagues un peu nulles. (Un monsieur de la sécurité venait quand même de nous indiquer un chemin qui menait droit dans la cour d’un lycée, c’est dire que notre niveau de crédibilité était à son maximum.)

courderecre

« Cay par là le stade d’Ornano ? »

Sophie : notre laissé-passé pour le paradis

Après nous êtres finalement sortie de la marée humaine à cartables, nous avons enfin retrouvé Sophie. Cette personne, plus cool et enthousiaste que tout le public de Lady Gaga réuni, nous a accueilli comme des princesses et glissé le Graal autour du cou.

vip

Singing Alleluia, mes soeurs.

 Le programme de la journée était plus doux que le plus soyeux museaux de shetland : une matinée et une après-midi devant la première épreuve de CSO (vitesse), un dîner Masterchef puis une découverte des nouveaux produits d’Equi-thème.

Pas degueu.

Cette journée n’était pas comme je l’avais imaginé. Elle était au moins dix fois mieux.

Un chauffeur privé nous a amené toutes les trois au stade. Pour celles et ceux qui se demandent : c’est comme le taxi mais avec un conducteur adorable qui vient te prendre par la main pour sortir — car oui, quinze centimètre, c’est quand même pas de la tarte en Louboutin Vans.

Je n’ai pas été élevé par Kim Kardashian. Se faire balader dans de la soie ça parait assez fou quand on se contente largement du coton. Arrivée sur place, je pensais me satisfaire d’un simple siège dans le stade. Que nenni, nous avons pris place dans une loge. Une. Loge. UNE LOGE.

loge

Allez y, plèbe, divertissez moi. 

 Non seulement tout le monde était beaucoup trop gentil mais tout semblait également beaucoup trop beau et surtout beaucoup trop cher. Nous étions Cendrillon, Aurore et Blanche Neige, les diadèmes en moins…

… Mais Kevin Staut en plus.

Nous avons été rapidement rejointes par Juliette, la créatrice de Je vais en parler à mon cheval, avec qui j’avais déjà discuté et que j’avais hâte de rencontrer. La compétition avait débuté et on en prenait plein les yeux et les oreilles. Je n’avais jamais eu l’occasion de voir un Grand Prix en vrai. Et même si Equidia transmet toujours de très belles images, rien n’égale la sensation d’y être vraiment.

Les chevaux frappent le sable, la foulée d’appel est puissante, suspendue dans le temps et sur les lèvres d’un stade entier. Tout le monde est attentif, compte les foulées, serre les dents, lance un appel de langue aussi inutile qu’auto-rassurant. Le public est une grosse bête qui respire, qui souffle et qui explose à chaque ligne d’arrivée.

Le premier français s’élance, Simon Delestre. Je ne pensais pas que je serais si vite prise au jeu, ça devient viscéral. Quand Pénélope Leprévost s’élance j’ai les mains qui tremblent et le coeur qui bat presque aussi vite que pour ma soutenance de mémoire.

Heureusement, la tachycardie est encore loin.

« Mais, il est rênes longues lui ! »

Ne vas pas croire que quatre blogueuses devant une compétition de haut niveau c’est seulement un seul et même coeur qui bat en rythme en serrant les fesses pour que les cavaliers fassent le meilleur temps.

Non, nous avons aussi été des cavalières, comme toutes les cavalières critiquant les cavaliers de la Club3 (bon ok, de la ClubElite) avec une petite dose de …

  • Mauvaise foi

sangle

On voit clairement que ce cher monsieur n’a pas ressanglé. 

renes

Le flot des rênes à droite, c’est LA.BASE.QUOI. 

refus« Et les jambes là ! Purée ! Ça se voyait à trois-cent mètre ! »

penelope

Beurk.  

  • D’admiration

riviereÇa c’est une belle marge.

tournant

Ça c’est un tournant bien préparé.

sourire

Ça c’est du sourire.

queue

Ça c’est un port de queue parfait.

rodrigo

Ça c’est Rodigo Pessoa.

  •  Drogue

patou

Comment ça je suis un peu trop enthousiaste ?

Plongeon dans le catalogue Ekkia

Après nous être repus de ce spectacle tout bonnement ouffissîme, Sophie nous a emmené sur le Village des Jeux pour nous présenter le stand/showroom Equi-thème.

Elle nous a présenté les dernières collections et nous avons même eu le droit de donner notre avis. La petite fille qui collectionnait les tapis en moi s’est fait pipi dessus.

Au programme ? Du bon, du très très bon !equitheme1 equitheme2 equitheme3equitheme4

Des tapis flashy, des couvertures étoilées et techniques, des vestes de concours canons (et pas trop chères), une collection spéciale JEM, des bottes en cuirs marrons bien trop jolies… Bref, je risque bien de t’en reparler prochainement.

Alors c’était bieng ?

C’était plus que bien. Cette journée c’était comme un petit trou magique dans la toile du quotidien. J’ai rencontré des gens vraiment très cool et je me suis rendue compte que la communauté des blogueuses équestres était bien loin de l’image prout-prout que les gens s’en font parfois. jem

Juliette de Je vais en parler à mon cheval, Florence d’Ekitado, votre humble serviteuse et Sophie Community Manager d’Ekkia et aussi blogeuse sur Horse-Connect. On a franchement des têtes à parler Rolex et Prix de Diane ?

J’ai mangé des plats dont je ne comprenais même pas la signification sur le papier et j’ai été traité comme une Reine. Merci a Sophie de nous avoir donné cette chance, c’était fou !

Encore un peu plus de love

jem2 jem3 jem4 jem5 jem6 jem7 jem8