Retour

Des avantages (et des inconvénients) de monter à poney passé dix-huit ans

Toi aussi tu as plus de 18 ans ? Tu as passé la barre du mètre soixante depuis au moins cinq ans et, malgré ça, ton équidé préféré mesure moins d’un mètre cinquante et un (épaisseur du fer compris) (selon la norme officielle) ? Alors cet article est fait pour toi !

«T’es un peu grand(e) pour monter à poney non ?», «L’important c’est de pas la gêner !» ou encore « Tu feras attention entrant sur la ligne c’est des foulées cheval !». Toutes ses phrases prononcées par le cavalier à cheval… Mais si, tu sais, celui qui te regarde du haut de sa demi-montagne-russe avec ce petit sourire narquois à chaque fois que tu chevauches fièrement Caramel et son mètre trente sept.

Bon, pour ces gens là on peut rien faire. Cavalier poney, pour ton plus grand plaisir (et te déculpabiliser un peu de chausser plus court histoire de ne pas avoir l’air trop grand) j’ai dressé une liste non exhaustive des avantages (et inconvénients) de monter à poney. Viens donc découvrir son monde merveilleux… et son côté obscur :

shetland

“Sus à la Prépa’ 75cm !”

  • Comme un poney a des foulées forcément plus petites qu’un cheval, tu trottes enlevé deux (voir trois) fois plus vite qu’un cavalier à cheval. Si mes calculs sont bons : plus de mouvements = plus de sport. Donc, selon le théorème de mes abdos, à poneyyy on est plus muscleyyy. CQFD. Bon OK c’est peut être un peu tiré par les crins…
  • En balade, là où tout le monde se baisse pour passer sous les arbres, toi tu passes tranquille ! Et oui, au galop dans la forêt, pas toujours facile d’éviter toutes les branches pour tes camarades perchés sur leur montures géantes.

branche

Note à toi même : ne JAMAIS passer derrière un cavalier à cheval. 

  • Quand Caramel a décidé qu’il n’avait pas envie d’enfiler son bonnet de concours mauve à strass tout neuf, là aussi tu te félicites d’avoir un nain. Bah oui, quand le cheval de ta compère lève la tête, elle peut faire ce qu’elle veut, elle sera toujours trop petite pour atteindre ses oreilles. Même combat pour les coupes de crinières, passages de têtières et autres fantaisies esthétiques.
  • Pour monter à cru, tu n’as pas nécessairement besoin qu’on te fasse le pied. TOI tu peux te permettre de remettre en pratique tes cours de Pony-Games pour sauter sur le dos de ta monture. En attendant, tes copains à cheval se font la courte échelle les uns les autres… Bon, il est vrai que cet avantage peut aussi s’avérer être un inconvénient. Quand il faut désigner quelqu’un pour descendre ouvrir la barrière, COMME PAR HASARD, c’est toujours sur la même personne que ça tombe…
  • Enfin, l’hiver (quand il fait bien froid) et que tu descends de cheval, tu sais combien tu vas souffrir des retrouvailles entre tes pieds et le sol de la carrière. Alors oui, quand tu descends de poney ça fait mal aussi, mais soyons honnête c’est quand même vachement moins pire.

Pour ce qui est des inconvénients, j’ai recensé :

  • Les poils sur les membres. L’hiver ils sont en général plus long (donc plus sales) (donc plus difficiles à nettoyer).
  • Tes jolies bottes, consciencieusement lustrées de la vieille, prennent un bain de boue quand tu galopes dans la carrière (et ses flaques d’eau). Plus t’es près du sols, plus t’as de chance d’être éclaboussé-e. Ça aussi, c’est mathématique.

dirt

Petite mise en situation. 

  • Et puis, il y a la fameuse histoire des foulées. Ces foulées, avec lesquelles tu galères depuis tellement longtemps que tu as arrêté de compter les années. Ces foulées qui sont toujours trop grandes pour toi, tout ça parce que tu as eu la douce idée de mettre ton poney dans une écurie cheval. Courage, ferme les yeux (et mets des jambes).

Bon, en dehors de ça, j’ai pas trouvé tant de points négatifs parce que le poney c’est comme le cheval : «trop génial». Et puis, entre nous, ça permet un de garder son âme d’enfant un peu plus longtemps. C’est peut être aussi pour ça que nous, les adultes et jeunes adultes, on reste accroché à nos fidèles Caramel (et autres nominatifs mielleux qui vont si bien à nos petits équidés) et leur mètre trente sept.

Alors, si toi aussi ton cheval est en réalité un poney, que tu as plus de 18 ans et que tu galères pour trouver des épreuves catégorie E, raconte moi comment tu as vécu l’époque où ta monitrice t’as forcé à monter à cheval, parce «quand même à ton âge…» !