Spirit le film VS Spirit la série Netflix : ça vaut quoi alors ?

C’était LA nouvelle du mois dernier : Spirit l’étalon des Plaines revient dans une série produite par Netflix ! Lisa a allumé sa télé pour toi, histoire de voir si ça vaut le coup. Verdict :

Aujourd’hui je vais vous parler de mon amour ami, Spirit. Je vais vous raconter un secret (plus très secret, du coup) : je fais de l’équitation grâce à Spirit.

Un jour, mon parrain m’a emmené voir le film au cinéma. Au bout d’une heure, la décision était claire : maman, je veux faire du cheval ! Et me voilà, 15 ans plus tard, le plus beau poney au bout des bras et toujours fan du mustang isabelle (oui je l’ai encore regardé la semaine dernière).

Alors, vous imaginez bien que quand j’ai lu l’article de Georgette Mag, mon sang n’a fait qu’un tour ! Entre joie et scepticisme, il fallait que je regarde cette série.

Bon déjà, regardez la photo. Regardez la bien. Ca ne vous rappelle rien ? Palomino, pie, isabelle. Ehm, Esperanza, Rivière, Spirit, c’est bien vous ? Ah, non. Dreamworks, un peu d’originalité que diable ! Bon, je vous accorde le bénéfice du doute… Après tout, ce sont des robes qui plaisent aux petites filles qui sont, rappelons le, la cible de cette série.

Ensuite, venons-en à Spirit. Histoire, caractère, et même robe (c’est quoi cette liste ?)… Il ne ressemble pas vraiment au héros de notre enfance !

C’est un point de départ : cette série n’est pas la série de « Spirit », mais une série inspirée de « Spirit ». Nuance.

Et du côté graphisme, bah… Ça casse pas des briques ! La 3D est pas terrible, les morphologies pas convaincantes. Mais j’avoue, les couleurs sont sublimes et les paysages grandioses.

Niveau histoire, c’est banal. Une petite fille de la ville qui arrive à la campagne, qui n’y connait rien aux chevaux mais qui a un « don » et qui arrive à apprivoiser le sauvage Spirit. Déjà vu ? Oui, carrément !

Mais on accordera à dire que c’est toujours une histoire qui marche et que les scénarios qui accompagnent chaque épisode sont sympa. Les personnages sont attachants (bien qu’un peu nian-nian). Mais bon, rappelons que c’est censé être un dessin animé d’enfant, alors il semble normal que les comportements soient enfantins… Je vais arrêter de tout dénigrer, hein !

Par contre, si quelque chose m’a franchement agacé, c’est le côté « équitation ». Alors ok, on n’est pas censé apprendre à monter à cheval dans une série. Mais quand même ! Outre les comportements dangereux voulus par le scénarios, deux choses m’ont marqué.

  • Déjà, les rênes. Plusieurs fois, j’ai remarqué que les jeunes filles les tenaient à l’envers. Crotte, quoi ! Dreamworks, sérieux, pas besoin d’être un expert en équitation pour savoir tenir ses rênes ! C’est simple, quand on connait pas : Google est votre ami. Je ne pense pas que ce soit une tâche extrêmement longue et compliquée quand on prétend réaliser une série « équestre ».
  • Et puis zut, zut, zut, quand on fait une scène de « cours » d’équitation, et bien on évite de raconter n’importe quoi. « Pour sauter, tu te penches en avant et tu te détends ». EUH NON ! C’est un peu plus complexe que ça, quand même… Surtout que dans le dessin animé, le cheval s’arrête. Bah penché en avant, détendu ou pas, on fait vol plané/galipette/toboggan. Qui plus est quand on est débutant !

Mais bon, vous savez quoi, je critique, je critique, je dénigre et tout, parce que j’aime bien dire ce qui ne va pas. N’empêche, que je continuerais à regarder Spirit Riding Free. Parce que je suis une fangirl.

(Même si les chevaux avaient plus de gueule dans le film !)

Pretty Riding

a écrit cet article !
Written By

Cavalière du dimanche (et du samedi) l’univers du cheval me fascine plus qu’une part de cheesecake. Heureuse propriétaire d’un troupeau de trois équidés, ils me servent de laboratoire de recherche pour des écrits très sérieux (non) et transpirants de swag (oui). Dans la vie je tape du clavier en tant que Journaliste Freelance & Grand Manitou de Georgette Mag.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *