Comment mon cheval… a séduit ma mère !

La mère de Charlotte n’est pas familière du monde du cheval et pourtant, voilà comment l’odeur de la paille fraiche l’a conquise en moins de temps qu’il faut pour curer un pied.

Ça fait maintenant dix ans que je fais de l’équitation. C’est venu sur un coup de tête (comme la danse et le ping pong un peu avant), je n’ai pas eu la chance d’avoir des parents cavaliers ou passionnés (ce qui n’enlève rien à tout l’amour et la chance que j’ai de les avoir). Mes parents à moi ils préfèrent le rugby et la natation, allez donc savoir comment je me suis retrouvée les pieds dans le crottin ! Au tout début c’est ma mère qui m’accompagnait au cheval, enfin elle me déposait sur le parking du poney-club et elle repartait aussi vite qu’elle était arrivée. 

Et oui ma mère a, ou devrais-je dire « avait » peur des chevaux. Parce que, oui, il semblerait qu’aujourd’hui, cette peur soit révolue.

J’ai fais ce pronostic en la surprenant en train de parler à mon poney il y a deux/trois mois. J’ai passé le cap du pronostic quand elle s’est mise à lui faire des bisous esquimaux, lui laisser des mots doux accompagnés d’un morceau de pain sec sur la table les jours où je vais à l’écurie, et, à rajouter une rangée de carottes dans son potager pour « son » poney. 

« Juste une ou deux rangées, pour les jours où il a bien travaillé, et puis les autres jours aussi parce qu’il est vraiment trop mignon ! »

Mais que s’est-il passé entre le moment ou elle s’exclamait  « arrrgh il bave ! » ou encore « cet animal est beaucoup trop gros pour moi » (prononcé à l’intention de Tintin 1m10 au garrot), et le moment où elle a commencé par me demander comment allait mon poney avant même de me demander à moi, « sa fille, la chair de sa chair, son enfant, l’unique amour de sa vie » (bon ok j’en fait des tonnes), comment s’était passée ma journée ?

J’ai longuement réfléchi à cette question, mais rien n’y fait je ne vois qu’une seule possibilité : mon poney est l’incarnation équine de Sean Connery, il a séduit ma mère ! Mais comment ? 

Sean Connery je vous dis !

Et bien je crois qu’elle aime bien l’idée qu’ils aient la même couleur de cheveux, qu’il soit très très doux et pas trop gros pour elle. Elle me dit, aussi, souvent, qu’elle l’aime bien parce qu’elle et lui il ont le même problème avec les kilos en trop : ils ont du mal à les perdre, et ça la fait rire.. En plus de ça elle me dispute quand je lui interdis de mettre sa tête dans le paquet de bonbons, ou encore de me fouiller les poches. Alors forcément elle gagne des points avec lui.

Mais son acte de séduction ultime à Boule de poil, je crois qu’il l’a sortit en balade. Ne bougez pas je vous explique !

Lorsqu’il fait beau, mon cheval, ma mère et moi on part en balade, elle à pied moi à cheval, forcément. Sauf que Monsieur marche beaucoup plus vite que ma petite Môman, et c’est lorsqu’il a pris quelques mètres d’avance qu’il frappe le Sean Connery de l’écurie.

Comment ? C’est très simple : dès qu’il trouve qu’elle est trop loin derrière, il s’arrête net, tourne la tête vers elle, et pousse un petit hennissement. Ce n’est que lorsqu’elle arrive à nouveau à sa hauteur qu’il se remet en route. Et ça, de vous à moi, c’est ce qui a fini de la faire craquer. J’en suis sûre ! Elle a tellement fondu sous son charme qu’elle me demande même de l’emmener faire des balades où cette fois ci c’est elle qui est à cheval ! Il est fort ce poney, très (trop) fort. 

Au début, tout les deux ils étaient plutôt comme ça …

mais maintenant ..

.. Ils sont plutôt comme ça !

Alors oui, comme la majorité des cavaliers mes parents de sont pas hyper branchés cheval, et pourtant ils ont fini par bien l’aimer l’animal avec lequel je leur rabat les oreilles depuis 6 ans maintenant. Je vous dis ils parce que je ne vous ai parlé que de ma mère, mais faut pas croire que mon père a résisté au charme du poney ! Lui aussi ça fait longtemps qu’il lui gratouille les naseaux et lui chuchote des mots doux (comme si je ne m’en rendais pas compte). 

Il lui roule même ses bandes à la fin de la séance !

Et vous vos parents avec vos chevaux et poney, ils sont comment ? Plutôt « on garde ses distances de sécurité » ou plutôt « amour, tendresse, et papouilles à volonté » ?

À lire aussi :

Written By

Je partage mes journées entre les bancs des amphi de la fac (moins confortables que ta selle après trois quarts d’heure de trot enlevé sans étriers) et mes bottes en caoutchouc. Je suis l’heureuse propriétaire d’un PFS roux et blond, avec un léger embonpoint. Lui et moi, on a décidé de partager nos trucs, astuces, et petites curiosités avec vous sur Georgette Mag !

2 Comments

  • Merci pour cet article adorable 😀 Six ans après moi ma mère a réalisé son rêve d’enfant de monter à cheval. Après cinq ans on se retrouve avec deux chevaux à la maison, un père qui au fond les aime beaucoup, et qui monte occasionellement le temps d’une ballade rênes longues style cowboy!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *