3 astuces pour éviter que le mors de Poney se transforme en Mr. Freeze 

Mettre un truc en fer gelé entre ses gencives, pas top hein ? Voici nos astuces pour réchauffer le mors de votre cheval en hiver !

 

Vous imaginez aux écuries par -5 un (venteux) jour de Décembre, tout de suite ? BIEN. Comme je suis gentille (non), je vais vous donner quelques astuces (issues de six mois de tests intensifs) pour que l’équipement de votre fier poney des champs en hiver soit tout « cosy ».

  • Réchauffer le mors avec vos mains :

Pour cette première façon de réchauffer votre mors, vous aurez uniquement besoin de vos mains. C’est simple (oui), pratique (bof), efficace (pas trop). Il vous suffit de frictionner le mors avec vos mains (sans gants, c’est plus efficace). Astuce : Arrêtez avant que vos doigts tombent. 

(C’était de l’humour) (on sait jamais).

  • Utiliser une chaufferette pour chauffer le mors : 

Ensuite, il y a la basique, la chaufferette pour les mains qui te coûtera le prix d’un happy meal et qui marchera du feu de Dieu… la première fois.

Il vous suffit de casser le petit bout de métal à l’intérieur pour que votre chaufferette dispense une douce chaleur et vous n’aurez plus qu’à la poser sur votre mors pour le réchauffer. Oui, mais ça, ça sera la seulement UNE fois. Après, il faut la tremper dans l’eau chaude pour la ressusciter (comme John Snow).

C’est pas John Snow. 

Pas de problème si votre centre équestre abrite un Club House muni d’une bouilloire : faites chauffer de l’eau puis versez-la à ébullition dans un récipient assez grand pour contenir votre chaufferette.

Cependant si comme moi vous ne disposez pas d’une bouilloire au club, sachez que vous pouvez effectuer cette opération chez vous et que la chaufferette reste assez chaude pour réchauffer un mors environ 30 à 45 minutes. Essayez quand même de la préserver de l’air extérieur (en la plaçant dans votre sac de pansage par exemple) (ou dans votre poche).

  • Utiliser des légumes pour un mors trop froid 

Cette fois, je vous le promets, c’est complètement végan…Il vous faudra du riz ou des pois chiches, un peu d’eau et une vieille chaussette (propre de préférence).

Pour cette astuce, il faut faire chauffer le riz ou les pois chiches dans un récipient au four à micro-onde. Attention, si vous les laissez trop longtemps ils peuvent commencer à brûler. 

Pour éviter de transformer votre 20m² en barbecue géant, vous pouvez les humidifier avant (mais ça risque d’écourter leur durée de réutilisation) (pour les pois chiches, remplacez ceux qui commencent à brunir au fur et à mesure).

Ensuite, placez-les dans la chaussette que vous placerez sur le mors. Comme pour la solution 2, vous pourrez réaliser l’opération chez vous et vous pourrez alors compter 25-30 minutes avant la perte d’utilité (c’est une moyenne à l’extérieur, si votre écurie est chauffée ce sera plus) (bande de veinards).

Note aux aventuriers et héros en tout genre, ne tentez pas de chauffer votre riz ou vos pois chiches directement dans la chaussette, ou dans n’importe quel autre tissu d’ailleurs. J’en ai essayé plein et à chaque fois ça a pris feu (la légende raconte que quand il fait froid mon micro-ondes sent encore les pois chiches) …

NON MAIS VRAIMENT.

  • BONUS : L’intro à laquelle vous avez échappé (c’est cadeau) (on se croirait au canard enchainé) :

« C’est bientôt l’hiver (désolé de vous le rappeler) et quand vous soufrerez d’avance du contact de vos orteils avec le sol après une bonne séance de cession (avouez que vous le ressentez déjà), Caramel, lui, redoutera sans doute le contact glacé du mors que vous allez mettre dans sa bouche. Parce que, mine de rien, si on plaçait une cuillère au frigo avant de vous l’enfoncer dans la bouche, vous auriez surement des envies de meurtre (ou de refus sur le 3e)…

Heureusement pour vous, Georgette a la (les ?) solution, testée et approuvée dans le vent froid du sud-ouest (rien n’est garanti si vous vivez en Alaska) ! »

Merci d’avoir tout lu, n’hésitez pas à nous faire part de vos astuces personnelles pour qu’on les teste ! 

Victoria Benhamiche

a écrit cet article !

À lire aussi :

Written By

Cavalière du dimanche (et du samedi) l’univers du cheval me fascine plus qu’une part de cheesecake. Heureuse propriétaire d’un troupeau de trois équidés, ils me servent de laboratoire de recherche pour des écrits très sérieux (non) et transpirants de swag (oui). Dans la vie je tape du clavier en tant que Journaliste Freelance & Grand Manitou de Georgette Mag.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *