Retour

La science le dit (enfin) : les cavalières sont aussi bonnes que les hommes !

Miracle ! On peut enfin balayer ces vieux clichés qui sous-entendent que les femmes seraient moins performantes dans le sport grâce à une étude de l’Université de Liverpool !

Avant tout, il est important de vous faire un bref historique de la place de la femme dans l’équitation.

Durant des siècles, le cheval était associé à l’homme, à l’armée et aux forces militaires. Voilà des stéréotypes bien difficile à enlever. Depuis plusieurs années maintenant, le nombre de femmes est en constante augmentation dans l’équitation, ce qui n’est pas forcément le cas dans les compétitions. En effet les femmes représentent 80% des licenciés de la FFE, mais seulement 25% sont présentes en compétitions de haut niveau. « L’équitation, un sport d’homme et un loisir de femme » un cliché qui colle à la peau de ce sport, mais ce n’est malheureusement pas le seul…

Mais tout cela est enfin fini, une étude sur les jockey prouvent enfin (même si on le savait déjà), que les femmes ne sont pas plus nulles que les hommes et qu’elles ont aussi toutes leurs chances de gagner !

Celle-ci a été menée dans le cadre du MBA Thoroughbred Horseracing Industries à l’Université de Liverpool. Pour cela 128 488 courses et 1 255 286 sorties individuelles sur une période de 14 ans ont été analysées. Cette enquête a montré qu’en 2017, 51% des effectifs des courses étaient des femmes contre 42% en 2010. En plus, elle a aussi mis en lumière le fait que, une fois les performances du cheval définies, les jockeys hommes et femmes avaient autant de chance de réussite. Une petite évolution, mais qui est déjà bien significative.

En Grande-Bretagne, la British Horseracing Authority, qui s’occupe de la régulation des courses hippiques, fait d’ailleurs en sorte de minimiser cette différence Homme/Femme : « Il n’y a aucune raison pour que les jockeys féminins ne soient pas considérés aussi bons que leurs homologues masculins », a déclaré Nick Rust directeur général de la BHA.

Cette étude démontre bien que les femmes ne sont pas seulement là pour s’occuper des chevaux en loisir mais qu’elles sont surtout capables elles aussi de faire de la compétition à haut niveau et de gagner. À l’instar de Michelle Bayne, première femme jockey à avoir remporter la Melbourne Cup, ou bien Gemma Tutty une femme jockey qui a remporté plus de 50 courses, ou même encore Pénélope Leprévot médaillée d’Or des JO 2016 en équipe. Toutes ces femmes sont la preuve même que, non, les compétitions de haut niveau et même la victoire ne sont pas uniquement réservées aux hommes !