Retour

La Demi-pension, on ne rigole pas avec ça !

[infobox maintitle= »Cet article est le premier d’un dossier sur la demi pension à venir sur Georgette Mag !  » subtitle= » Si tu souhaites y participer contacte nous !  » bg= »brown » color= »white » opacity= »off » space= »30″ link= »http://www.georgettemag.com/contact/ »]

La demi-pension, dans le milieu équestre, c’est le fait partager les frais d’hébergement d’un cheval pour le monter et s’en occuper comme si c’était le sien. Cool, mais à ne pas mettre entre toutes les mains !

La DP, ça marche comment ?

Le cas classique consiste à payer la moitié de la pension pour « disposer » du cheval la moitié de la semaine. Il existe des variantes autant au niveau des prix que du travail du cheval : certains demandent une participation aux frais de maréchalerie, etc. Tandis que d’autres souhaitent prêter leur monture seulement pour certaines activités (uniquement l’extérieur, par exemple).

Il existe mille et un cas, et même, si certains sont à fuir, tout dépend de ce que toi tu recherches. Si tu souhaites plutôt tourner sur des CSO assez olé-olé avec ta DP tous les week-end, disons qu’un quart-de-pension (1 fois par semaine environ), ce n’est pas trop la solution qu’il te faut. À l’inverse, si tu souhaites prendre une DP pour faire des balades tranquilou-bilou, il n’est pas nécessaire de choisir un entier qui requiert un galop 7 ! Tout est une question d’envie (et de bon sens aussi).

Prise de conscience (qui plombe l’ambiance) (petite rime) (merci au revoir)

La demi-pension présente plusieurs différences par rapport à la monte en club habituelle. Dans un premier temps, avoir un cheval en DP, c’est presque comme avoir un cheval tout court, mais sans les  « vrais problèmes » de propriétaire. Ça peut paraître cool au premier abord, mais dans les fait, ce n’est pas tout à fait ça !

En gros, tu peux choisir de faire à peu près ce que tu souhaites avec le cheval quand tu le souhaites, où tu le souhaites (en accord avec le contrat établi avec le propriétaire, évidemment). Par exemple, si tu te lèves un matin avec l’envie de partir en trotting à l’aube d’été dans les champs de maïs… et bien tu peux ! En aidant le propriétaire d’un cheval a s’en occuper, c’est un peu comme si tu devenais sa « deuxième maman ».

Mais attention ! C’est aussi un engagement sérieux, qui plus est, envers l’animal de quelqu’un d’autre. Pour avoir une DP, il est nécessaire d’être responsable de ses actes mais surtout conscient de leurs répercussions. La clé, c’est avant tout un bon dialogue avec le propriétaire ! 

Mauvais exemple.

Il faut savoir dire  « tant pis » quand tu avais prévu d’enchaîner les oxers dans la carrière mais que le sable est gelé et dur comme du béton quand tu arrives à l’écurie. Il faut savoir dire « oulah » (et alerter le propriétaire) quand le cheval semble boiter. Il faut savoir se remettre en question mais surtout poser des questions et communiquer, c’est très important. Il faut réaliser que la vie d’un être est en jeu et que l’inattention ou l’inconscience peuvent parfois coûter cher. Pour conclure, si tu as un doute, arrête tout et appelle le propriétaire.

Un cheval… pas à toi

Il est aussi important de comprendre que le cheval reste avant tout celui de son propriétaire et que tu ne peux pas prendre de décision importante sans son avis. Il est nécessaire de le consulter avant tout « changement » dans la vie de l’équidé. Je m’explique : certains chevaux font du diabète et ne peuvent pas forcément manger n’importe quoi. D’autres peuvent faire des allergies et ont donc besoin de produits spéciaux. Enfin, le matériel fourni avec est généralement adapté au cheval, à sa morphologie et ses besoins. Ce n’est pas le moment de tester ton nouveau filet muserolle croisée à strass quoi.

C’est tout un tas de petits détails qui sont extrêmement importants dans la vie de Petit Tonnerre et dont il faut également être conscient. Il est donc indispensable de discuter régulièrement avec le propriétaire de l’animal et surtout, avant d’utiliser de nouvelles choses avec/sur lui. Bien sûr, tout cela vaut surtout pour le début de la DP, où tu apprends à connaître le cheval, son mode de vie, son fonctionnement et ses besoins.

Là par exemple ça va pas trop. 

Voilà, maintenant que tu as pris conscience de la responsabilité que nécessite une demi-pension, tu peux partir à la chasse au trésor.

Parce que oui, la DP, c’est un petit trésor.

(PS : Ne quitte pas l’article en te disant  « oulalah je ne me sens pas capable de tant de responsabilité », on parle de ça un peu plus tard !)

[separator type= »thin »]

[title maintitle= »Margaux Thiry » subtitle= »a écrit cet article ! « ]

[separator type= »thin »]

[imagebox maintitle= »Notre dossier spécial Demi-Pension  » subtitle= »Par ici !  » image= »http://unionstreet.fr/wp-content/uploads/2013/02/1112155.jpg » color= »white » space= »60″ link= »http://www.georgettemag.com/category/dossier-demi-pension/ »]