Comment prévenir les ulcères (ou, le feu dans ton poney) ?

On a tous entendu parler, en tant que cavalier, des ulcères. Oui mais concrètement qu’est-ce que c’est ? Et surtout comment prévenir ce phénomène qui fait souffrir nos dadas ?

Ça tombe plutôt bien… on en parle dans cet article !

Qu’est-ce qu’un ulcère gastrique chez le cheval ?

Alors pour parler en mode Mme-je-sais-tout (héhé), ce sont des érosions plus ou moins profondes de la muqueuse qui tapisse l’intérieur de l’estomac. Plus simplement, imaginez des plaies un peu partout dans votre estomac, ça brûle non? Bah voilà, c’est ce que ressentent nos dadous.

Pour comprendre le fonctionnement de l’estomac d’un cheval, il faut imaginer un ballon se remplissant et se vidant en continu. Le temps de séjour des aliments varie de 2 à 8 heures selon la taille du repas et sa composition. Un gros repas se vidange plus rapidement qu’un petit repas. De plus, les aliments concentrés y séjournent plus longtemps que les fourrages. Il est le lieu principal de la pré-digestion des protéines.

Via Marion Montaigne 

La production d’acide chlorhydrique est nécessaire à l’activité de la pepsine, enzyme préparatrice de la digestion des protéines. En clair ? L’estomac de ton cheval c’est THE PLACE TO BE pour le brin d’herbe qui souhaite être digéré correctement !

Il est donc important que le cheval s’alimente tout au long de la journée pour maintenir un volume continu au PH peu acide dans son estomac. Lorsque l’estomac est sans aliment, le PH peut en être modifié. L’acidité élevée s’attaque alors aux parois de l’estomac et créé ces fameuses « plaies »…

Via Vet Compagny 

Ceci est une raison parmi tant d’autres car les ulcères peuvent être également liés au stress, à une alimentation trop riche en céréales, au mode de vie ou de travail…etc

Les symptômes d’un ulcère gastrique

Un mauvais état général avec un amaigrissement et un poil piqué sont souvent les premiers signes. Le cheval peut également avoir un appétit capricieux, des crottins mous ou encore des coliques dites « sourdes » après les repas ou un stress (concours, transport…)

En cas de symptômes, consultez immédiatement votre vétérinaire, lui seul pourra déterminer ce dont votre cheval souffre.

Prévenir les ulcères

Il est très important de fractionner les repas le plus possible en 3 à 4 fois pour les chevaux sensibles.

Donnez également le fourrage avant les granulés afin de ralentir le passage des aliments fermentant facilement dans le duodénum et augmenter le volume du bol alimentaire. L’avoine entière est à éviter car source d’acidité et peu digestible.

De façon simple, une mise au pré intégrale peut à elle seule permettre une guérison totale mais les mesures préventives seront à reprendre une fois la remise au box.

Mon expérience

Il existe sur le marché des concentrés qui limitent l’acidité dans l’estomac, prévenant les ulcères. C’est ce que j’utilise pour mes chevaux et je touche du bois car ils n’ont jamais été atteint d’ulcère.

En plus des granulés, j’essaie au maximum de coller à leur mode de vie originel. C’est à dire qu’ils sont au pré 7 jours/7, toute la journée ensemble (ils jouent d’ailleurs beaucoup malgré l’âge de mon vieux Croûton !!) et sont au box la nuit, uniquement. Ils ont une très grosse ration de foin le soir avant les granulés.

Bienvenue le #printemps #Tiphozzo #larouladeestcontagieuse

Une publication partagée par PoNyCorN le blog (@steph_tiphozzo) le

Mon ancienne jument feu Paloma, était passé du pré au box pour des raisons pratiques mais au bout de quelques mois, elle fut atteinte d’ulcères gastriques. On n’a jamais vraiment su la cause mais toujours est-il qu’une fois retourné au pré la journée, cela a cessé progressivement. Ce n’est qu’une expérience parmi tant d’autres mais j’espère qu’elle vous aidera à comprendre l’ulcère chez le cheval et comment le prévenir !

[separator type= »thin »]

À lire aussi :

Une réponse sur “Comment prévenir les ulcères (ou, le feu dans ton poney) ?”

  1. Bonsoir,
    Hum…hum…fractionnement des repas ? Vraiment ? À la fois c’est très juste pour la mise au parc, le fait de devoir manger en continu (petit estomac avec enzymes constantes donc nourriture en continu) mais fractionné plus granulés… L’ulcère vient aussi du stress de plus, même avec une alimentation essentiellement fourragère en continu, même avec une vie au parc on peut trouver des ulcères (en club souvent). Enfin, euh… Le coup de fractionner je ne suis pas trop d’accord. Mais une étudiante en equine science a écrit un très bon article sur l’alimentation et le fonctionnement, comme par exemple fourrages/herbe et des compléments naturels plutôt que des granulés ou des céréales qui pour les chevaux représentent du sucre en barres (comme si nous mangions des barres énergétiques, je veux bien une endive avant mais si après je n’ai que ceci, ce sera bien bof). Le fractionnement et les granulés/céréales au contraire sont plus mauvais… (et oui même avec un cheval de concours on peut être au fourrage seul avec compléments voire micro-organismes).
    Bon, je conçois que tous n’ont pas un terrain, quoique des pensions parc peu chères on peut trouver, sauf en ville, mais on peut mettre du fourrage à volonté dans un filet.
    Cordialement,
    Bonne soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *