Que représente le cheval cabré du logo Ferrari ?

Connaissez-vous la signification du logo Ferrari ? L’histoire du « cavalino rampante »  de couleur noire sur un fond jaune n’a été racontée qu’une seule fois par Enzo Ferrari.

Aujourd’hui, la marque Ferrari est souvent synonyme de belles voitures de type sport, rouge, de puissance ou encore de vitesse. Elle est connue comme l’une des marques automobiles les plus connues au monde. Elle retient notamment les esprits grâce à son logo. Avant de devenir le symbole de Ferrari, le cavalino rampante a été un des deux emblèmes de l’avion de l’aviateur Enzo Ferrari.

 « Le cheval noir était peint sur le fuselage de l’avion de Francesco Baracca, un pilote héroïque de la Première Guerre Mondiale. En 1923, j’ai rencontré le comte Enrico Baracca, le père de ce héros, mais aussi sa mère, la comtesse Paolina, qui m’a dit un jour « Ferrari, mets sur tes machines le Cavalino rampante de mon fils, il te portera chance ». Je conserve encore la photo de Baracca, avec les dédicaces de ses parents, dans lesquelles ils me confient l’emblème. Le cavalino était et est resté noir ; j’ajoutai un fond jaune canari qui est la couleur de la ville de Modère », Enzo Ferrari, 3 juillet 1985.

La marque Ferrari et le cheval cabré sont devenus inséparable depuis des années 40. Cet insigne est aujourd’hui toujours présent sur les F16 du dixième Groupe de Chasse de l’Aviation Militaire italienne bien qu’on le voit plus régulièrement sur les voitures.

Le cheval cabré s’allie aux voitures

 

1929 ©Ferrari

 

A partir de 1920, Enzo Ferrari est devenu pilote pour Alfa Roméo. Neuf en plus tard, il a commencé à faire courir ses premières voitures : le logo du cheval cabré est apparu sur ses voitures. Celui-ciest donc jaune avec un cheval cabré et porte les couleurs italiennes. L’inclinaison de l’animal est de 58°, une ligne horizontale longe le sabot arrière gauche et une ligne inclinée longe les sabots arrières et avant droits. À cette époque, il y apparaît également les initiales « SF » pour Scuderia Ferrari. En effet, pilote amateur Mario Tadini, également propriétaire d’une chaîne de magasins de vêtements, s’est rapproché d’Enzo Ferrari et cofinance l’écurie d’Enzo Ferrari.

La première Ferrari de l’Histoire

La marque Italienne n’a commencé à fabriquer des voitures utilisables hors circuit qu’en 1947 avec le 125 S. Cette même année, le logo a pris sa forme de rectangle mais le cheval cabré, lui, n’a pas changé. 50 ans après, Ferrari a redonné de la couleur à son logo en les rendant plus marquées mais sans jamais disposer autrement son cheval cabré : il symbolise la puissance, la grâce et la vitesse.

 

1947 ©Ferrari

2007 ©Ferrari

 

 

Crédit photo de couverture : The officiel Ferrari Magazine

 

Super As Tours Pernay : Nohlan Vallat s’empare de l’As Poney Elite Excellence

Le haras de Bel Air a reçu ce week-end la dernière Super As du circuit Tournée des As de saut d’obstacles. Nohlan Vallat s’est offert l’As Poney Elite Excellence avec Urlevent d’Hurl’Vent.

En parallèle de la tournée des As de Privas et de Saint-Rémy, la Super As de Tour Pernay a reçu un très beau plateau de cavaliers à maintenant quelques mois du championnat de France ainsi qu’à l’approche du CSIOP de Hagen (12 au 16 juin).

Pas moins de 47 couples ont pris le départ de l’As Poney Elite (1,25cm) samedi après-midi. Première à s’élancer, Lou Morali et Uruguay Magenta a mis la barre haute en réalisant un parcours parfait avec un chronomètre imbattable : elle a occupé la tête du classement provisoire tout au long de l’épreuve. La cavalière s’est également adjugée à la deuxième place avec son autre poney For Next Generation. Renaud Madelaine et Pilerlann Ar Park ont complété ce podium.

Romane Orhant et Quabar des Monceaux à la Super As de Jardy ©AliceMartel

Deux membres de l’équipe de France, Romane Orhant et Emma Koltz, ont effectué un parcours sans-faute en se plaçant respectivement à la huitième et neuvième place.

Perrine Pottier, queen de l’As Poney Elite Grand Prix

32 couples ont pris le départ de cette difficile épreuve puisque neuf cavaliers n’ont pas réussi à terminer ce parcours en signant des abandons ou des éliminations. Romane Orhant, associée à sa deuxième monture Aquina d’Elle, a été la première à trouver la clé du sans-faute. Cannelle Paramucchio, en selle sur Uhelem de Seille, et Perrine Pottier, sur Ultralinaro de Lahayeont, ont fait de même pour accéder au barrage.

Perrine Pottier sur Ultralinaro de Lahayeont à Fontainebleau. ©AliceMartel

Seul parcours sans pénalité dans cette deuxième partie de l’épreuve, Perrine Pottier s’est octroyée la première marche du podium. Romane Orhant s’est vue pénalisée de deux barres quant à Cannelle Paramucchio, la cavalière est sortie de piste avec un score lourd de 28 points.

Nohlan Vallat , seul sans-faute

14 cavaliers se sont élancés sur le Grand Prix de l’As Poney Elite Excellence (1,30cm). Nohlan Vallat et Urlevent d’Hurl’Vent ont été les seuls à trouver la solution d’un parcours sans pénalité dans le temps. Le couple a donc remporté cette édition 2019 de la Super As de Tour Pernay. À noter que le cavalier n’a que 12 ans, ce concours aura été très prometteur pour lui ainsi que son poney.

Nohlan Vallatet Urlevent d’Hurl’Vent ©AliceMartel

La deuxième place est revenue à Catherine Bourgier. La pilote n’aura mis aucune barre à terre mais s’est vue pénalisée d’un point de temps avec Tempo d’Azur. Elle est suivie d’un duo de l’équipe de France, Jeanne Hirel et Armene du Costilg, avec 4 points.

Jeanne Hirel et Armene du Costilg ©AliceMartel

 

Crédit photo : Alice Martel

Un cheval blessé par flèches dans la Somme

Le propriétaire est venu rendre visite à son cheval ce mardi 21 mai. Deux flèches étaient plantées de le corps de l’animal.

Agréable surprise pour le propriétaire… Lorsque celui-ci est venu rendre visite à son équidé en pâture à Saint-Sauflieuprès de Amiens, il avait été blessé par deux flèches . Les faits se sont déroulés entre dimanche 19 mai, jour de la dernière visite du propriétaire, et mardi 21 mai. Dès son arrivée, il a contacté le vétérinaire afin de soigner l’animal, ses jours ne sont pas en danger.

Une enquête a été ouverte par les gendarmes afin de déterminer les circonstances. Une flèche aurait pu être un accident, mais que penser de deux … ?

L’été arrive à grand pas ! Les chevaux passent plus de temps dans les prés, faites-y attention !

Source : Actu.fr / Crédit photo : Image d’archive

Longines Global Champions Tour – Longines Paris Eiffel Jumping 2019 : l’affiche de l’évènement enfin révélée au public !

Prestigieuse étape du circuit LGCT et GCL, le Longines Global Champions Tour – Longines Paris Eiffel Jumping se déroulera au Champ de Mars du 3 au 7 juillet prochain. À un peu plus d’un mois du coup d’envoi de cette compétition hors norme, l’affiche vient d’être dévoilée. 

C’est l’évènement à ne pas rater cet été dans la capitale ! Le célèbre concours de saut d’obstacles, Longines Global Champions Tour – Longines Paris Eiffel Jumping, se déroulera au Champ de Mars du 5 au 7 juillet 2019,  avec des animations à retrouver sur place dès le 3 juillet. Pour la sixième année consécutive, les meilleurs cavaliers et chevaux du monde se dont donnés rendez-vous au pied de la Tour Eiffel. L’occasion de voir s’affronter les plus grands couples de la planète dans un cadre d’exception !

Afin d’offrir un avant goût de cette compétition au public, les organisateurs du Longines Global Champions Tour – Longines Paris Eiffel Jumping, ont dévoilé aujourd’hui l’affiche officielle de cette sixième édition. Colorée et graphique, cette dernière promet un moment de sport riche en émotions et haut en couleurs. 

Une affiche printanière 

Cette année, le Longines Global Champions Tour – Longines Paris Eiffel Jumping a fait appel au célèbre studio de design graphique M/M Paris de Mathias Augustyniak et Michäel Amzalag. Le résultat coloré, dynamique et géométrique n’est pas sans rappeler un kaléidoscopes de notre enfance. On y retrouve les symboles forts de cette compétition. Tour Eiffel, Equidé, architecture parisienne, décor floral… tout y est ! Si ce lieu de rencontre de leaders économiques mondiaux et des plus grandes personnalités artistiques internationales met à l’honneur le Sport, il promeut également la Culture et l’Art de Vivre à la Française; le tout dans une ambiance festive.

Figurant au centre, l’équidé est présenté comme le personnage à l’honneur de ce jumping urbain, parisien et international se déroulant à l’ombre de cette construction humaine qui fait tourner les têtes, la Tour Eiffel. L’animal apparaît comme un être d’exception et un véritable héros. De quoi vivre une expérience unique, dans un cadre spectaculaire.

 

Pour plus d’informations sur le Longines Global Champions Tour – Longines Paris Eiffel Jumping, et pour vivre l’évènement au plus près, rendez-vous ici.

L’émouvante interview d’Éric Lamaze : une leçon de vie

À l’occasion du Longines Jumping International de La Baule, le cavalier québécois Éric Lamaze a accordé une interview exclusive à RMC Sport, pour le magazine Horse Series. Émotions, larmes et souvenirs ont été au rendez-vous.

Sans trop vous en dire, cet entretien vaut le détour pour tous les passionnés, cavaliers et amoureux des chevaux ! Le champion olympique 2008 s’est exprimé pour la première fois sur la tumeur du cerveau qui a attaqué son corps. Cette maladie l’a suivi pendant un an et demi et l’a forcé à s’écarter quelques temps de la compétition.

En décembre dernier, à la veille des CSI5* de Lyon et Paris, Eric Lamaze a décidé de déclarer forfait. Il a fait de même lors du CHI de Genève en ne prenant pas le départ de ce concours. Le Canadien s’est alors brièvement exprimé sur les réseaux sociaux en annonçant devoir annuler sa tournée d’automne pour des raisons de santé.

Pourtant, il n’a jamais cessé de monter à cheval. Le cavalier a de nouveau foulé les terrains de concours internationaux en mars dernier, à Wellington aux États-Unis.

https://www.facebook.com/kamel.boudra/videos/2250124915204246/?__xts__[0]=68.ARBHyTr8eEKVvrA-RW4GEfyeB2hKBHMQ17eS6jZ4F0_LciBirKOKgiPmtqASEVVoeNBlcRr2RWuuRWRldm1soZ17n5CWATqA9fSrRnVpC66cGRTRTzO67OAiCWRghfxemt59Esjzt4qF1cCjCtz_aIrebWHu9UXPAXYLbclBArM-1YN9YXcWASpYcApgFsQ1B0a-pwqOcxRcePv9m7BAMmxGoF7kpD3DYB5wE_3Oz8urBcaL0KZ7uDrrhGDqcHafu_gPPF7aV0zGBuCyqKOKtlblgvhPivUxEPewrWWmbFMc2fOSI2Hm5WT5Nh2yaHNONBECOCskxySZ5CS34-h3KTiW82rp7lH7zMXBEVifIM3OEDtSVEik8zbx7LiqYDT-SYCzMBpOmM1B_62unRRZLCnxfHl5NtdjUaO_CWD6Po9HJJQ2e75-WFyjpRqOhTlkDDnzN_I6XyJGP8HG-ctmZ6sOB_sUl05jf5KL4vTxC–yEv7Dnx5AnUpYOh7bjmQdGQAS&__tn__=H-R

Hickstead, le crack d’une vie

Eric Lamaze est également revenu sur le décès de son cheval de tête mais aussi de cœur : Hickstead. Le 6 novembre 2011, lors de la quatrième étape de la Coupe du monde à Vérone, en Italie, le bai était victime d’une rupture aortique en piste. Il s’est écroulé au sol tout en faisant attention à ne pas percuter son cavalier. Hickstead est toujours considéré comme le meilleur cheval de saut d’obstacles de sa génération.

Huit ans après, face au journaliste Kamel Boudra, Éric Lamaze s’est montré tout aussi ému en retraçant le chemin parcouru ensemble. Il a assuré n’être toujours pas totalement remis de cette perte. Le soutien sans faille de ses amis tels que Steve Guerdat a permis au Canadien de surmonter les épreuves que la vie lui a réservé. Larmes assurées à 100%.

Comment retrouver cette interview ?

 Si vous avez raté l’émission d’hier soir ou que vous souhaitez la voir (voir et re- revoir),  elle sera retransmise :

Sur RMC Sport 3 :

  • Vendredi 24 mai 2019 à 06h00

Sur RMC Sport Access 3 :

  •  Dimanche 26 mai 2019 à 04h30
  •  Mardi 28 mai 2019 à 00h30
  • Mardi 28 mai 2019 à 06h00
  • Mercredi 29 mai 2019 à 05h00

Longines Jumping International de La Baule : le récap’

La 59ème édition du Jumping International de La Baule s’est achevéhier soir. Sport, suspens, émotion ont été au rendez-vous. Retour sur cette compétition appréciée tant par les cavaliers que par le public !

L’élite du saut d’obstacles s’est donnée rendez-vous ce week-end au stade François André à la Baule. Ce mythique concours du pays de la Loire a accueilli un CSIO5* ainsi qu’un CSI1* avec près de 18 nations, 67 cavaliers et 169 chevaux.

La Coupe des Nations remportée par la Suisse

À l’issu de la première manche, la Belgique et la Suisse se sont placées à la tête du classement avec un compteur à 4 points. Ces nations ont été suivies de l’Irlande avec 5 points puis de la France à 8 points. Seul le tricolore Thierry Rozier associé à Venezia d’Ecaussinnes est sans-faute.

En deuxième partie d’épreuve, l’équipe suisse a su résister à la pression belge en alignant trois scores vierges grâce à Niklaus Rutschi (Cardano CH), Paul Estermann (Lord Pepsi) et Steve Guerdat (Albfuehren’s Bianca). Dix ans après son dernier sacre, ici à La Baule, la Suisse s’est emparée de la première Coupe des nations Longines de la saison à un point d’écart de la Belgique.

« Bianca a repris la compétition à Windsor, et cela ne s’est pas très bien passé dans le Grand Prix. J’avais un peu d’appréhension aujourd’hui. Elle a très bien sauté en première manche, j’avais donc plus confiance dans le second tour. Savoir qu’on peut apporter la victoire à son équipe est la meilleure sensation pour un sportif. […] C’est pour cela qu’on vit ces moments de sport quand on est athlète. C’est cela que j’aime tellement dans notre sport », souligne Steve Guerdat, pilier de l’équipe suisse.

 

Le bleu Thierry Rozier et Venezia d’Ecaussinnes ont réalisé un double sans-faute dans la Coupe des Nations

Les tricolores sont remontés d’une place suite aux trois parcours sans pénalité de Nicolas Delmotte (Ilex VP), Thierry Rozier et Pénélope Leprevost (Vancouver de Lanlore). Les cavaliers du sélectionneur français Thierry Pomel ont alors été récompensés de la médaille de bronze.

Le derby pour la France

Vingt-trois couples ont pris le départ du Derby de la Région des Pays de la Loire. Le parcours de 1 000 mètres comprenait 22 obstacles pour 26 efforts à boucler en 150 secondes. Beaucoup de chevaux ont été impressionnés par le gué mettant en péril les parcours sans pénalité. Pourtant, les premiers sans-faute ne se sont pas faits attendre ! Le Français Olivier Guillon et Andain du Thalie, deuxièmes à s’élancer, bouclent un parcours sans faute en 143,94 secondes.

Sans plus attendre, le vice-champion du monde 2014 et déjà trois fois victorieux de cette épreuve, Patrice Delaveau est entré en piste avec Vestale de Mazure*HDC. Le parcours a paru si simple et si facile pour le normand. Le duo s’est montré plus rapide avec un temps de 129,94 secondes. Inutile de souligner l’enthousiasme du public : les français ont mis la barre haute pour les concurrents suivants.

La France prend donc les deux premières places du classement avec Patrice Delaveau et Olivier Guillon. À noter que le champagne n’est pas réservé qu’aux cavaliers… Qui en a goûté à votre avis ?

 

Patrice Delaveau à la remise des prix

« Je n’ai pas encore le record, Nelson (Pessoa) est devant moi avec 6 victoires. C’est un petit challenge maintenant, mais je suis ravi de cette 4 e victoire. Je prépare les chevaux que je mets dans le Derby deux mois avant pour qu’ils acquièrent de la résistance dans le galop, c’est comme pour les marathoniens. Il n’y a pas de technique de saut particulière, il faut juste un cheval qui aime sauter au naturel. A la reconnaissance, j’ai trouvé le Derby un peu plus difficile. Le tracé a en effet changé et nous prenons maintenant la rivière dans l’autre sens. Il faut aussi pouvoir descendre une butte, mais cela doit faire rire les cavaliers de concours complet quand ils voient que les chevaux de saut d’obstacles craignent cela », explique le gagnant Patrice Delaveau.

Les couleurs irlandaises ont complété ce podium avec Mark McAuley et son gris de 15 ans Miebello. Le numéro 1 mondial, Steve Guerdat et Evita se sont contentés de la médaille en chocolat.

Au revoir Rêveur de Hurtebise*HDC

Séquence émotion samedi après-midi au stade François André ! Le public français a pu dire un dernier au revoir à Rêveur de Hurtebise*HDC. Le crack prend sa retraire. Il est arrivé entouré de son cavalier Kevin Staut, de ses propriétaires du haras des Coudrettes, de la groom Laurence Gazel ainsi que de plusieurs cavaliers de l’équipe de France. Revivez les adieux de Rêveur de Hurtebise*HDC en vidéo.

Le Grand Prix de La Baule pour Simone Blum

Nous aurions tout misé sur le cavalier suisse Steve Guerdat et son incroyable Albfuehren’s Bianca. Pourtant, l’allemande et Championne du Monde en titre Simone Blum a tout bousculé ! Seuls huit couples sur les quarante-cinq au départ ont réussi à boucler sans faute et dans le temps le parcours dessiné par Frédéric Cottier. La combinaison 11 composée d’un vertical puis d’un oxer succédant à la rivière a été un vrai juge de paix dans cette épreuve. Quatre cavaliers ont réalisé un double 0 à l’issu du barrage : Amy Inglis a été la première en 48,84 secondes. Mais le suisse Steve Guerdat a aussi signé le sans-faute en étant plus rapide (43,82 secondes).

Steve Guerdat et Albfuehren’s Bianca  lors de la qualification pour le barrage du Grand Prix Longines de la Ville de La Baule.

Darragh Kenny et Important de Muze, plus lent ne met aucune barre à terre en 43,90. Auteure d’un week-end à 4 points, la championne du monde Simone Blum a survolé le barrage avec DSP Alice en signant également un parcours vierge, cette fois plus rapide, en 43,33 secondes. L’Allemande s’est donc imposée dans le Grand Prix Longines de la Ville de La Baule devant Steve Guerdat et Darragh Kenny et Important de Muze.

 « Je suis très fière d’être là, c’est la première fois que je vois le CSIO5* de France en tant que compétitrice et c’est une expérience exceptionnelle. C’est un peu l’Aix-La-Chapelle français ! Évidemment pour cette saison c’est un premier concours sur l’herbe avec un public très enthousiaste. Le premier tour a été juste parfait, et je pensais que Steve allait gagner au barrage, mais finalement, Alice a été la meilleure aujourd’hui », signée Simone Blum.

 

Simone Blum et DSP Alice

Crédit photo : Héloise Thébault – Georgette Mag / Avec communiqué

Bella Hadid, mannequin et cavalière

Un cheval sur le compte Instagram de Bella Hadid ! La mannequin a posté hier soir des clichés aux côtés d’un frisson, le tout pour la marque Calvin Klein. 

Le saviez-vous ? (Isa)Bella Hadid n’est pas seulement la reine des podiums, elle est aussi cavalière. Loin des strass et des paillettes, la jeune femme âgée de 22 ans monte à cheval depuis ses plus petites années. En décembre dernier, la cavalière a reçu l’équipe du magazine Vogue au sein de ses propres écuries familiales. Elle répond à 73 questions, le tout dans une veste Cavalleria Toscana, pantalon Pikeur et bottes Tucci. 

 

Mannequin, cavalière et compétitrice

Belle Hadid s’est orientée vers le saut d’obstacles en participant à plus de 100 compétitions. D’ailleurs, elle avait commencé à s’entraîner pour concourir les Jeux olympiques d’été de 2016 ! Malheureusement, la cavalière a été atteinte de la maladie de Lyme mettant fin à ses rêves d’une participation. Aujourd’hui, toujours aux quatre coins du monde, Bella Hadid ne monte plus aussi souvent à cheval qu’avant. 

https://www.instagram.com/p/BxdCAdOgeEb/

 

CCIOP de Marbach : Retour sur l’or avec Louise Petitjean

Emmenés par le sélectionneur national Emmanuel Quittet, 12 complétistes ont foulé les pistes du CCIOP de Marbach ce week-end. À la clé, l’or pour la France ainsi que pour Louise Petitjean en individuel.

Nommés pour représenter la France, Louise Petitjean, Lisa Gualtieri, Jonas de Vericourt et Lilou Ducastaing ont su porter les couleurs haut la main lors du CCIOP de Marbach, en Allemagne. Les bleus ont pris la tête du classement à l’issue de l’épreuve de dressage, une place qu’ils ont su garder jusqu’à la fin de la compétition.

« Sur le dressage, j’ai trouvé Versailles (des Morin, ndlr) très bien et à l’aise. Notre moyenne à l’issue de ce test est de 75,8%. J’ai été très surprise d’avoir une note aussi élevée, mais c’est ce que l’on recherchait depuis longtemps. La preuve que le travail paie ! J’étais vraiment contente de cette moyenne, je me suis dit peu importe la place le pourcentage est très bien. Mais savoir que j’avais la meilleure note, je n’y croyais pas » nous confie Louise Petitjean, première au classement provisoire après le dressage.

Quatre d’entre eux ont signé un cross sans pénalité, seuls Jonas de Vericourt et Vidock de Berder ont écopé 0,4 points de temps dépassé. Suite à cette épreuve, la France est en pôle position avec 14 points d’avance devant l’Italie.


Le saut d’obstacles, le juge de paix

Dernière étape à assurer pour pouvoir monter sur la première marche du podium : le saut d’obstacles ! Des scores ont pu se montrer lourds pour les participants tels que les françaises Jeanne Breuil (22,40 pts), Lilou Ducastaing (16 pts), l’italienne Valentina Carabelli Alomar (21,20pts) ou encore l’allemande Nicoletta Massmann (16 pts).

« Pendant la reconnaissance du cso, j’ai trouvé le parcours assez compliqué. Mais je me suis efforcée d’être concentrée et ne pas penser à autre chose et tout ça jusqu’à mon entrée en piste. Avant de partir, j’ai su que j’avais le droit à une faute et pas une de plus. J’ai monté comme si j’avais le droit à aucune, je voulais faire sans faute. Malheureusement je fais tomber une barre et je prends 1s de temps dépassé mais je garde ma première place », explique Louise Petitjean.

Neuf tricolores ont signé un parcours sans faute ce qui permet à la France de monter en haut du podium devant l’Italie et les Pays-Bas. 

L’or en individuel pour Louise Petitjean

Quel week-end pour les jeunes français ! Après avoir gardé la première place tout au long de la compétition, Louise Petitjean et Versailles des Morins se sont offerts la victoire avec un score final de 29,80 points. 

« En arrivant à Marbach, je ne pensais pas faire un tel résultat, l’objectif était surtout la médaille d’or en équipe et un bon classement en individuel. Les autres cavaliers français ont fait de superbes résultats ! », souligne la tricolore.

 

Sur la troisième marche du podium, on retrouve Manon Marin et Urgence de Bel’Air. Jonas De Vericourt et Jeanne Brunel se sont respectivement placés à la 7ème et 8ème place. Lisa Gualtieri, deuxième au provisoire jusqu’à l’hippique, s’est vue pénalisée de deux fautes et de temps dépassé avec O Ma Doué Kersidal. Le duo a quitté la tête du classement et s’est finalement placé 14ème de ce CCIOP de Marbach.

La suite du classement individuel : ici
La suite du classement par équipe : ici

 

Crédit photo : DR Léa Fayol/ Louise Petitjean.

Prêts pour le Longines Jumping International de La Baule ?

Le Longines Jumping International de La Baule est un des rendez-vous les plus attendus de l’élite mondiale du saut d’obstacles. Près de 18 nations, 67 cavaliers et 169 chevaux seront présents ce week-end, du 16 au 19 mai. 5 raisons d’y aller :

 


1 – Suspens et adrénaline : la Coupe des Nations


Qui pour battre le Brésil ? Cette année, la Coupe des Nations réunira huit nations : l’Allemagne, la Belgique, le Brésil, le Canada, la France, la Grande-Bretagne, l’Irlande et la Suisse. La sonnerie du premier cavalier en piste retentira vendredi à 14 heures précises ! Le sélectionneur de l’équipe de France Thierry Pomel a retenu quatre titulaires et un remplaçant :

  • Simon Delestre et Uccello de Will
  • Nicolas Delmotte et Ilex VP
  • Alexis Deroubaix et Timon d’Aure
  • Pénélope Leprevost et Vancouver de Lanlore
  • Thierry Rozier et Venezia d’Ecaussinne.

Pour la première fois depuis 2006, le français Kevin Staut ne participera pas à cette épreuve. Le circuit des Coupes des Nations, autrement appelé Longines FEI Jumping Nations Cup™, fait naître adrénaline et suspens. Il compte 12 étapes qualificatives avant la finale mondiale, en octobre prochain, en Espagne.

2 – L’incontournable Derby de la Région des Pays de la Loire

 

Samedi, 13h30 ! Mais, tenez-vous prêts avant pour fouler la piste aux côtés des meilleurs cavaliers mondiaux, la reconnaissance sera ouverte au public ! Cette piste en herbe est d’ailleurs la plus grande de France ! Alors, qui succédera au Colombien René Lopez ? Pendant près de 3 minutes, les cavaliers et les chevaux rivaliseront sur un parcours de 1 100m environ, comprenant 21 difficultés, mêlant obstacles traditionnels et obstacles naturels.

3 – Place à l’émotion : au revoir Rêveur

L’incroyable cheval de Kevin Staut, Rêveur de Hurtebise*HDC, fera ses adieux à la compétition sur le stade François André après le derby, à 15 heures. À son compte, ce crack a porté les couleurs de l’équipe de France dans 18 Coupes des Nations, 5 championnats et 2 finales Coupe du monde.

Il détient également le titre de champion olympique sans oublier un palmarès incroyable : vice-champion du monde par équipe 2014, champion olympique par équipe 2016, vainqueur du Top Ten au CHI de Genève 2017.

 

4 –  Le Grand Prix Baulois


Pour clôturer en beauté ce week-end de sport, le Grand Prix Longines de la Ville de La Baule aura lieu dimanche à 13 heures. L’an dernier, le français Patrice Delaveau et Aquila*HDC se sont imposés devant l’américain Kent Farrington associé à sur Gazelle. Cette épreuve est réservée aux 50 meilleurs duos du CSIO5*, elle est une épreuve qualificative pour les Championnats d’Europe à Rotterdam (19 – 25 août).

5 – Les sabots dans l’eau

La Baule, c’est aussi un cadre merveilleux à deux pas de la mer. Et, les chevaux pourront en profiter avant leurs épreuves. Pour les lève-tôt, c’est aux alentours de 7h30, chaque matin, que vous pourrez les admirer avec leurs cavaliers au bord de la plage !

À noter que l’entrée est gratuite !

 

Crédit photo : DR. ©PSV/ ©T. Van Halle / Dossier Presse

Jenny, libre comme l’air à Francfort

Francfort est associée à la Maison Goethe, le Römerberg, la Main Tower mais aussi à Jenny. Qui est-ce ? Jenny n’est pas une personne mais une jument qui arpente les rues de la ville allemande depuis 14 ans.

Connaîssez-vous l’histoire de Jenny ? Chaque matin, son propriétaire Werner Weischedel ouvre la porte de son écurie située dans le quartier Fechenheim à Francfort. Trop âgé pour la promener, il laisse sa jument arabe en liberté. À 22 ans, Jenny se balade en direction du Main puis rentre l’après-midi chez elle. La jument porte tout de même une carte sur laquelle il est écrit : « Je m’appelle Jenny, je ne suis pas une fugueuse, je me promène tout simplement. Merci » ainsi que les coordonnées de son propriétaire.

Une célébrité locale

Alors qu’elle est devenue la meilleure amie des habitants du quartier, certains piétons peuvent se montrer inquiets. La porte-parole de la police, Isabell Neumann, a déclaré à l’agence de presse allemande qu’elle ne présentait aucun danger. Werner Weischedel travaille avec la police pour assurer la sécurité de Jenny. Elle est maintenant l’amie des passants, des habitants et des conducteurs de trams et se laisse approcher. À travers les réseaux sociaux, la liberté de Jenny a été à maintes reprises critiquée. Mais sa vétérinaire, Maren Hellige, a déclaré que la jument se montre « très détendue et satisfaite ».

Crédit photo : DR. Keith Anderson