Des chevaux sur le tapis rouge du Festival de Cannes 2019

Ils ne s’appellent pas Penélope Cruz, George Clooney ou encore Leonardo DiCaprio, mais Aldo et Titan. Et eux aussi ont le droit à leur Festival de Cannes !

Aldo et Titan sont deux chevaux de la Police Nationale de Seine-et-Marne. Ils ont été sélectionnés pour sécuriser la Croisette la 72ème édition du Festival de Cannes, du 14 au 25 mai. Respectivement âgés de 9 et 11 ans, ils ont été choisis pour leur grande taille, leur sang-froid et leur robe. Des tests de désensibilisation ont été effectués tout en passant par une visite vétérinaire. Ces chevaux sont entraînés régulièrement et soignés tous les jours.

 

Rendez-vous sur la Croisette

Aldo et Titan quitteront le Haras des Sources de Conches-sur-Gondoire lundi 13 mai. Une fois sur place, ils auront la mission de sécuriser le secteur de la Croisette réservé aux piétons. Ils devront gérer les perturbateurs, sécuriser la foule, assurer un périmètre de sécurité et escorter des véhicules de secours si besoin !

Une jument secourue par hélicoptère en Auvergne

Une jument s’est retrouvée prise au piège dans un ravin de 8 mètres près de Saint-Flour, le lundi 6 mai. Elle a été secourue grâce à l’intervention du GRIMP 15, de vétérinaires et d’un hélicoptère de la Sécurité civile. 

Une histoire impressionnante ! Dimanche soir, Adrien Grèze est venu rendre visite à ses chevaux dans une prairie située sous la montée des Verdures. Certains se sont affolés et une jument est tombée dans un ravin de 8 mètres. Le propriétaire a essayé de lui venir en aide mais sans succès : la jument de 300kg s’est retrouvée prisonnière. Vers 21 heures, l’homme a contacté les secours mais l’intervention de nuit était trop dangereuse.

Patienter jusqu’au lendemain

Dès le levé du soleil, les sapeurs-pompiers de Saint-Flour étaient de retour aux côtés des hommes du GRIMP 15 (Groupement de reconnaissance et d’intervention en milieux périlleux) et des vétérinaires. La jument était toujours debout dans cet endroit restreint. Le creux était trop profond et trop éloigné de la route pour que les secours utilisent un treuil ou un engin de relevage. Ils ont alors décidé d’intervenir avec un hélicoptère. 

En attendant son arrivée, Adrien Grèze s’est équipé afin de descendre dans le trou de 8 mètres. Il y a rejoint sa jument pour lui mettre un licol. C’est ensuite au tour des vétérinaires, Lucie Roger et Guillaume Lemaire, de retrouver l’animal pour effectuer un rapide examen. Ils ont découvert une large plaie sur sa cuisse. Elle a d’abord reçu un anti-douleur puis a été anesthésiée pour rester calme pendant le sauvetage.

La jument d’à peine 1 an a été hélitreuillée

Peu avant midi, l’hélicoptère de la Sécurité civile est arrivé sur les lieux. En moins de 3 minutes, la jument était remontée et posée au sol. Le vétérinaire Guillaume Lemaire lui a apporté les premiers soins et lui a fait des points de suture. Indoline, 300kg, est saine et sauve.

Crédit photo : © DR. SDIS 15 /O.Rodrigues

GPC Spring Break : le rendez-vous de la relève du saut d’obstacles international

La jeune élite du saut d’obstacles international s’était donnée rendez-vous ce week-end, du 2 au 5 mai, au Grand Parquet de Fontainebleau à l’occasion du Grand Prix Classic Spring Break.

Les cavaliers de l’équipe de France Poneys, Enfants, Juniors et Jeunes cavaliers étaient présents pour défendre leurs couleurs dans les CSIO, le CSIU25 et CSIP. Retour sur les performances tricolores.

Premier podium du week-end et 100% français ! Camille Favrot, en selle sur Rimbaud de la Gastine, a remporté la première épreuve (1,35m) du CSIO Juniors. Le duo était suivi de Louna Garo et Valse A Villers. Charlotte Lebas a complété le podium avec Donatella de La Pomme.

Pour continuer sur la lancée, les bleus se sont aussi accaparés les trois premières places de l’épreuve d’ouverture du CSIO Jeunes cavaliers (1,40m). Cyrille Deboffle a signé un parcours sans pénalité en 68’31 avec Uraeus Maoucha ; le couple a remporté l’épreuve suivi de près par Lauren Breyton ainsi que Romain Xhemal.

Podium bleu également pour le CSIO Enfants (1,20m), Vera Saint Jean, Manon Marcais et Romane Michelet sont respectivement à la première, deuxième et troisième place. La compétition a commencé vendredi pour les cavaliers à poney. L’incroyable Uhelem de Seille, lui, n’a pas terminé d’impressionner ! Il offre à sa cavalière Canelle Paramucchio deux victoires dans le CSIP (1,20m) du vendredi et du samedi (1,25m).

Canelle Paramucchio et Uhelem de Seille ©AliceMartel

Pas de Marseillaise dans les Coupes des nations

Vendredi était synonyme de Coupe des nations pour les cavaliers Juniors et Jeunes cavaliers ! L’Irlande a remporté cette épreuve phare du CSIO Juniors (1,40m) avec un total de 5 points. L’argent est pour la Belgique avec un cumul de 8 points. La France d’Olivier Bost est montée sur la troisième marche du podium avec un total de 12 points. L’équipe était composée de Dylan Ringot ( Tip Top des Vans), Jeanne Sadran (Ad Reflet d’Azif), Valentine Delaveau (Vivaldi d’Euskadi) et Antoine Ermann (Azur du Vinnebus).

Le CSIO Jeunes Cavaliers a été un mélange de suspens et d’adrénaline, les bleus ont grimpé d’une place avec 17 points en se classant deuxième derrière le Danemark, eux avec un point de moins. Pour cette épreuve, Olivier Bost avait sélectionné Alice Vancrayelynghe, Alex Carlet, Arthur Deuquetet et Nina Mallevaey.

Nina Mallevaey ©AliceMartel

Au terme de ces deux épreuves, le chant français n’a pas retentit sur le Grand Parquet. Mais, le sélectionneur s’est montré satisfait du résultat dans une interview réalisée par Grand Prix Replay :

« Nous sommes en France, je suis donc ravi de faire ces podiums ! Cela valorise tout le système que l’on met en place depuis des années. Et ce qui est important c’est la façon dont on fait les parcours qui est importante, que l’on ressorte sans-faute ou en quatre points, le tracé, la manière dont les coachs écoutent. Nous sortons d’une réunion où il y a un super esprit, un esprit équipe de France que l’on recherche depuis maintenant de nombreuses années. »

Les Enfants se sont, quant à eux, élancés dans la coupe des nations à 1,25m le samedi. Marie Damerio, Louise Sadran, Toscane Carloni Richard, Maelle Noizat ont porté la veste bleue au col rouge. Avec un total de 17 points, les françaises se sont emparées de la médailles de bronze ex-aequo avec l’Allemagne et devancées par l’Espagne et les Pays-Bas.

Dimanche : jour de Grand Prix ! 

Trente-quatre couples ont pris le départ du CSIO Jeunes Cavaliers Grand Prix (1,45m) mais seul un a réussi à surpasser les difficultés du parcours ! Clément Gras, associé à Volga d’Altenbach, a réalisé un parcours sans pénalité dans le temps imposé. Le cavalier repart donc de Fontainebleau avec la coupe suivi du Danois Emil Hallundbaek et de l’Espagnol Juan Jose Gomez Barba.

Clément Gras et Volga d’Altenbach ©AliceMartel

Chez les Enfants, Romane Michelet remporte l’or avec Cassina Z. Du coté du CSIP Grand Prix (1,30m), le podium est aux couleurs de la France ! Deux cavalières se sont élancées dans le barrage mais seuls Junie Buisson et Vertige de Belebat ont conclu un parcours sans faute, ce qui les placent premiers. Emma Koltz, plus rapide mais pénalisée d’une barre est alors récompensée de l’argent. Matheo Denibeau et Bergamotte du Cap sont montés sur la troisième marche du podium.

À vos crayons : c’est la journée internationale du coloriage !

Lundi matin, de retour au bureau, ne voyez pas la journée en noir ! Mettez-y de la couleur. En ce 6 mai, journée internationale du coloriage, Georgette Mag vous a sélectionné quelques inspirations à faire vous-même.

Colorier, ce n’est pas seulement mettre de la couleur sur une feuille de papier ou réservé aux enfants. Colorier permet de stimuler la créativité, relaxer et de s’éloigner de la technologie l’espace d’un instant. Alors quoi de mieux que de se rapprocher des chevaux en les mettant en couleurs et aussi beaux qu’on puisse les imaginer ?

On a sélectionné plusieurs modèles, façon mandala, origami ou tattoo à imprimer chez vous (ou au bureau) et à colorier chez vous (ou en réunion) (cachée derrière ta collègue) (chut).

Allez, on inspire, on expire, on inspire… et on file acheter une boîte de crayons chez Cultura !

 

À retrouver gratuitement sur Coloriage ou Hugolescargot.

Concours Harcour 2019 : le jumping Amateur, club & poney le plus doté de France est de retour !

Un concours de CSO à 130.000€ de dotation et de cadeaux sur l’un des plus beaux terrains de France, tu en rêvais ? C’est le moment de lever les bras au ciel en hurlant : Harcour et le Pôle Européen du cheval l’ont fait !

Quatre jours de sport, d’animations et de cadeaux par millier, ça te tente ? (qui dirait non ?!)

Le plus attendu et (désormais) quasi-mythique concours le plus doté de France est de retour au Boulerie Jump, Pôle Européen du Cheval au Mans du 19 au 22 avril ! Marre de collectionner les T-shirts taille XL sur la première place du podium de la 110 ? Du combo cure-pieds/bouchon en Club2 ? Ou-blie !

Le concours Harcour c’est des épreuves pour tous : Amateur, Pro, Club, Poney, As Poney, Prépa, Cycle Libre, Warm-up ! Comme ça, personne n’est laissé sur le bord de la carrière.

Surtout (et c’est là que ça devient suuuuuper intéressant) : plus de 130.000€ de dotation (ainsi que des bons pour aller choisir toi-même ton cadeau Harcour) sont à remporter sur la totalité du concours ! Du jamais vu ! Tu n’as pas brillé ? Tu peux toujours te consoler avec le pack d’accueil offert à tous les engagés. Le concours ouvre aussi une puissance cheval, poney et une épreuve derby. Pour tout le monde on a dit !

En plus, les cavaliers ne seront pas les seuls à profiter des différents avantages du concours. Sans eux, tu n’aurais peut-être même pas passé le un (ou tu aurais coupé ta ligne de départ pendant ton cercle de début… au choix) : les coachs ! Les cavaliers classés en Club, Poney et Amateur cumulent ainsi des points pour le challenge coach. À partir de 10 points, celui-sans-lequel-tu-ne-serais-rien aura lui aussi le droit de choisir un cadeau dans la boutique éphémère Harcour !

Pas le temps de s’ennuyer au Mans. À peine les épreuves terminées, c’est au tour des soirées à thème de te retourner la tête divertir jusqu’au lendemain matin !

  • Vendredi soir : Burger time et présentation de chevaux à vendre
  • Samedi soir : Puissance chevaux et poneys + soirée DJ
  • Dimanche Soir : Spectacle équestre + soirée DJ
Le jour de Pâques, on part sur une chasse aux oeufs sur les carrières et dans les allées du Boulerie Jump, à l’ancienne ! #GiveMeAllYourChocolate !

Attention, il ne te reste plus que 5 jours pour t’engager !

Retrouve le programme des épreuves jour par jour sur l’événement Facebook du concours Harcour !

Alors, prêt(e) à passer le meilleur week-end de concours ever ? 

Insolite : Un poney d’1m35 crée la surprise lors d’un concours 2*

Dingmac Disco King, un poney d’1m35, a terminé quatrième lors d’un concours complet 2* en Nouvelle Zélande. Alors, qui dit mieux ?

Qui a dit que les compétitions 2* étaient uniquement réservées aux (grands) chevaux ? Sûrement pas toi après avoir lu cet article… et encore moins Dingmac Disco King ! Ce petit poney d’1,35m a épaté le public néo-zélandais le week-end dernier lors d’un concours complet 2*. Le petit bai et sa cavalière Rebecca Wardle ont ainsi volé la vedette à leurs concurrents, en se classant quatrième de cette compétition plus qu’étonnante. Respect !

 

 

Si ton cheval panique à l’abord du vertical d’1m qui trône dans ta carrière depuis le mois dernier, Elvis lui – c’est ainsi que notre champion du jour est surnommé – ne s’est pas dégonflé devant ses barres. Obstacles de cross à 1,10m, gué qui fait (très) peur, parcours d’obstacles avoisinant les 1,15m… rien n’a pu arrêter le petit poney. Franchissant une à une les difficultés, avec allégresse et volupté (bon ok on en fait peut-être un peu trop là) Dingmac Disco King a vivement marqué les esprits.

 

Rebecca Wardle et Dingmac Disco King sur le cross

Alors qu’il s’agissait de leur première sortie à ce niveau là, le couple a tenu en haleine le public jusqu’aux résultats. Rebecca Wardle, la cavalière, s’est d’ailleurs montrée très satisfaite du résultat de son crack. Sur les réseaux sociaux, la jeune femme a tenu à remercier son poney en le qualifiant de « superstar » et de « monture incroyable ». Mais désormais, c’est un tout autre surnom que se voit délivrer le petit bai par ses fans « le mutant ». Quel poney décidément !

CSI 3* Montpellier : Félicie Bertrand se hisse à la première marche du podium !

Un mois tout juste après leur victoire fulgurante à Bordeaux dans le Grand Prix 5*, Félicie Bertrand, et sa jument Sultane des Ibis, ont remporté le CSI 3* qui se tenait dimanche 10 mars à Montpellier.

Elles ont une nouvelle fois fait vibrer le public ! Félicie Bertrand et sa jument Sultane des Ibis se sont imposées dimanche 10 mars au terme du Grand-Prix 3 étoiles de Montpellier. La cavalière de 36 ans devient la première femme à remporter cette compétition. Un mois seulement après sa victoire sur la piste bordelaise, Félicie Betrand expose, une nouvelle fois, tout l’étendue de son talent. 

 

Désignée comme la nouvelle « Pénélope Leprévost », la française signe un magnifique double sans faute en 40’11 sur le parcours imaginé et dessiné par Jean-François Morand. S’élançant en trentième position lors de la première manche, le couple s’est hissé sans encombre au dessus des barres à 1,55 malgré un parcours difficile : 

« J’ai trouvé que ce n’était pas un parcours au rabais. Au début ça a été compliqué. Ça a été dur dès le début avec Creta et ça ne s’est pas très bien passé. Mais avec Sultane on se connaît tellement bien. C’est sûrement pour cela qu’on arrive à avoir cette régularité », confiait la cavalière à l’issu de la compétition.

Véritable étoile montante du saut d’obstacles français, ses proches, mais aussi ses concurrents, ne tarissaient pas d’éloges à son égard ce week-end. Pour le sélectionneur de l’équipe de France, Thierry Pomel « Félicie a toutes les capacités pour aller loin ».

 

Photo : Photographes & Co

Une finale haute en couleurs

Jusqu’à la fin de l’épreuve, suspens et adrénaline étaient au rendez-vous sur la piste et dans les gradins montpelliérains. Parties en avant dernière position sur le barage, Félicie Bertrand et Sultane des Ibis ont devancé de justesse (deux centièmes de secondes) Harold Boisset et T’Obetty du Domaine. Le cavalier montpelliérain monte finalement sur la deuxième marche du podium avec un temps de 40’13, suivi de Julien Anquetin et Gravity Of Greenhill.  Un trio de tête 100% français ! 

De leur côté, Raphael Goehrs et Victorio des Frotards signent le chronomètre le plus rapide. Mais avec quatre points à l’arrivée, le cavalier se classe à la cinquième place de ce Grand-Prix.  L’espagnole Pilar Lucresia Cordon se classe, quant à elle, à la sixième place du Grand- Prix.

 

Crédit photo de couverture : Tiziana Annesi

 

À lire également :

Viens vivre les #BestVacancesEver au Village équestre de Conches !

Tu as toujours voulu passer tes vacances entouré(e) de chevaux ? T’en occuper ? Progresser, découvrir, te dépasser dans une ambiance vraiment cool ? Les inscriptions pour les séjours du Village équestre de Conches sont ouvertes !

Le gratin de courgettes de ta grand-mère en juillet, très peu pour toi. Marre de passer les mêmes vacances, à faire les mêmes choses. Surtout, terminé de dire au revoir à ton centre équestre pendant de longues semaines !

Imagine un endroit où tout est centré autour des chevaux. Où tu monterais plusieurs heures par jour, découvrirais de nouvelles disciplines, t’occuperais de l’écurie, le tout sans aucun adulte pour te rappeler qu’il faut vider le lave-vaisselle et apprendre le théorème de Thalès avant mardi. (Mais avec quelques adultes quand même, parce que, bon, hé, c’est pas Sa Majesté des Mouches non plus).

Miracle : ce n’est pas un rêve, cet endroit existe vraiment. Et il est seulement à 120km de Paris.

Le Village Équestre de Conches, c’est Poney Village (pour les 6/9 ans à poney, 9/13 ans à double-poney), Cheval Village (pour les ado de 13/19 ans) et des séjours d’une ou plusieurs semaines pour de vraies vacances sportives accessibles à tous les niveaux ! 

Comment ça se déroule ?

En général, tu arrives, déposes tes affaires dans le dortoir, découvres les lieux et rencontres le moniteur diplômé qui sera en charge de ton groupe.

Les groupes sont alors formés en fonction du niveau de chaque participant. Sois sans crainte, tu ne te retrouveras ni avec des fous de la mise-en-selle-obstacle alors que tu sais à peine galoper ni avec des « assis-debout » alors que tu rêves de travailler ta reprise du Galop 6.

Les séances d’équitation sont séparées en deux, 1h30 le matin et 1h30 l’après-midi, soit 3h en tout. À ça s’ajoute une heure d’activité autour du cheval qui te permettra de découvrir de nouvelles disciplines comme la voltige, l’attelage ou encore l’éthologie.

Tu devras également t’occuper des soins de ton cheval tout au long du stage, encadré-e par le moniteur. Un avant-goût du statut de propriétaire, super excitant !

Une soirée à thème est organisée tous les soirs : bivouac en été, spectacle, Top Chef spécial cheval, jeu ou encore le classique (et fameux) bal pour te la jouer Queen du Dancefloor (et sans chaussette par-dessus le pantalon SVP).

Journée type d’un séjour classique à Cheval Village. 

Pendant ton séjour, tu pourras évoluer dans les trois disciplines olympiques (CCE, Jumping et Dressage) sur le dos des chevaux de l’écurie, parfaitement dressés jusqu’au niveau Galop 7 et + ! Le rêve !

Les stages à thème

Si tu as des envies particulières, Le Village équestre de Conches propose également des séjours particuliers qui correspondent à toutes les envies. Par exemple :

  • Le stage Compétition

Imaginé pour les fans de sensations fortes, le stage compétition de CSO est accessible à partir d’un (bon) galop 5. Encadré par le cavalier pro’ Théo Chéhu, les cavaliers s’entraînent 3h par jour + de la théorie utile à la compétition (appréhender son stress, gérer son cheval en concours, pionter…)

Le stage se conclut sur un enchainement pour une mise en situation parfaite et une puissance pour un shot d’adrénaline !

  • Le stage Galop 7

Un séjour parfait pour la préparation intensive de la pratique et la théorie du Galop 7. Car oui, tu peux aussi passer tes diplômes fédéraux à Conches !

  • Le stage Révisions

Cette année tu passes le Brevet ou encore le Bac’ ? Le Village équestre de Conches te permet de lier l’utile à l’agréable en combinant 1h30 d’équitation par jour et des révisions du programme scolaire de l’année. L’occasion de mettre toutes les chances de ton côté tout en t’aérant l’esprit !

Alors, tu as prévu quoi pour les prochaines vacances ? 

Retrouve tous les plannings et les tarifs sur le site internet du Village équestre de Conches, établissement de référence depuis 1967 ! 

Girl power : victoire de Félicie Bertrand à Bordeaux !

La jeune française Félicie Bertrand remporte le Grand Prix Land Rover de Bordeaux avec sa jument Sultane des Ibis. Toutes les deux signent un magnifique parcours sans faute pour leur première participation.

Elles ont fait vibrer le public bordelais ce week-end du 9 et 10 février 2019 ! Félicie Bertrand et sa jument Sultane des Ibis se sont imposées dimanche au terme du Grand-Prix 5 étoiles. La jeune femme de 36 ans devient la première cavalière à remporter cette prestigieuse compétition. Elle signe également le retour de la France sur le podium, et succède ainsi à Kevin Staut qui s’était illustré sur ce terrain en 2016,  avec son cheval Rêveur de Hurtebise HDC. 

 

 

Après un premier passage remarqué où elles signent un sans faute, Félicie Bertrand et Sultane des Ibis se positionnent, lors du barrage, comme le couple le plus rapide, avec un temps de 35 sec 88. Elles s’offrent ainsi leur première victoire internationale. Très émue, la cavalière s’est confiée sur sa victoire au micro de Nelson Montfort « C’est vraiment incroyable. J’étais venue avec un petit peu d’ambition mais je ne m’attendais pas à gagner ce Grand-Prix 5 étoiles à Bordeaux. C’est une victoire de prestige, quelle émotion ! ».

 

https://www.facebook.com/France3Aquitaine/videos/246712852934521/?__xts__[0]=68.ARDbXHpqbdsuUfrePbO6pbMHN6rcMtpnotGRm7HmuTzVM3EhP9SLIXXnGPxKbyWk40qc0uSUuf7lNd3SX4zdrZq1ZrNHmdh7rpQbwqyWY4wUPjbsrZi1lLafxptQfv0825Qv-yavXKazncSPQaM5AxtukjUM05zKu4DmOhYCvTpV7dkDsKVk6VvA4R2hmZFUslzamZDyCcU0EWCTBQy_VLb0yhTmTlii3amwP2DecMnDdKwr3q_m0bbp6sWj4khbLtsQqQWiHT565qQoIhj_TEnSa-ug9d5euzYR46_jguvZ6aP3I6XfdNKqAEorpvoZmq2U4Kr8SzXPJQm2CDKj0SO5cs88btkua50&__tn__=-R

L’Irlande, de son côté, s’empare de la seconde place grâce à la performance de Bertram Allen (36 sec 11). Simon Delestre se contente quant à lui de la troisième place du podium (36 sec 61). Les Français Guillaume Foutrier et Nicolas Deseuzes se classent respectivement à la quatrième et sixième places du classement.

Félicie Bertrand a confié vouloir maintenant prendre le temps de souffler afin que sa jument récupère. Le couple reprendra le chemin des concours dans quelques semaines. 

Nouvelles selles Jump’in : welcome dans l’univers du « vrai » sur-mesure !

Bien être du cheval avant tout. Les nouvelles selles anatomiques Jump’In, réalisées à partir d’un moule du dos de votre cheval, révolutionnent votre manière de vous équiper.

« Énormément de chevaux sont mal sellés, dans le sens où la selle n’est pas adaptée à leur morphologie. » Le constat de Benjamin Mahieu, sellier chez Jump’In depuis 9 ans, est clair.

Les raisons sont diverses : budget (on n’a pas tous les moyens d’acheter une selle neuve, encore moins d’en avoir une pour chaque cheval), d’inattention (le cheval change au fil du temps et il est parfois difficile de le voir avec un regard neuf (un peu comme un vieux couple)) ou de méconnaissance (vérifier sa selle n’est pas encore au programme du galop3).

Pourtant, une selle mal adaptée peut créer des lésions osseuses, musculaires, osthéopathiques parfois irréversibles. Qui n’a jamais monté un cheval au garrot en charpie — un peu de crème et c’est reparti ?

On embête assez les chevaux en les aspergeant de produits qui sentent le « propre » et en montant dessus, nous n’avons en aucun cas le droit de leur faire mal.

Une selle qui bouge est une selle qui n’est pas adaptée. Aucun collier de chasse, croupière, sangle ou tapis méga-grip ne peut sauver un dos très longtemps.

« Depuis plusieurs années, on essaie de tricher avec un certain nombre d’amortisseurs de plus en plus gros, de plus en plus moelleux, mais finalement on se voile la face. C’est un effet de mode. Notre idée, c’est d’avoir un cheval au plus naturel possible, c’est à dire un tapis de selle, une selle, c’est tout. »

Une selle qui s’adapte au cheval et non l’inverse

Ceci dit et bien intégré, Benjamin s’est lancé dans un projet : nous offrir la possibilité de bien seller nos montures, dans un soucis de respecter au mieux leurs morphologies. Formé par Jean-Luc Parisot, meilleur ouvrier de France (seulement deux maîtres selliers ont été distingués dans l’histoire du concours), « un honneur », le bien-être du cheval est une notion qui passe avant tout.

Tout se joue grâce aux panneaux, matelassures en dessous de la selle en contact direct avec le dos et les épaules du cheval. Benjamin part d’un selle existante ou neuve, en fonction des besoins, de la marque Jump’In ou non.

Dans un premier temps il observe le cheval, regarde comment il se déplace, se renseigne sur son mode de vie, tente de se familiariser avec son attitude. Souvent, il le filme en longe aux trois allures pour retenir un visuel une fois à l’atelier. Dans un second temps, il réalise un moule du dos du cheval afin de pouvoir enfin fabriquer les panneaux.

https://www.youtube.com/watch?v=gSt33A9sYa0&feature=youtu.be&fbclid=IwAR2XK7YYP–q8Fwthr_cGfW5nV6L3cCS0FdBTYjW_K1sXeS8wiItRRVDWBg

Le sur-mesure pour tous !

Oui, mais pour les jeunes chevaux, par exemple, quel intérêt ?

« Au contraire, c’est là qu’il faut une selle adaptée ! Car c’est le moment où il évolue ! S’il grandit avec une douleur, sa morphologie ne va pas évoluer correctement. Il va se retenir, il va se faire peur, il va se faire mal. »

Un procédé évolutif, car il est tout à fait possible « d’enlever de la matière » si le cheval se muscle, s’étoffe. « Dans un an, un an et demi, c’est bien de refaire un point ! Si ça ne correspond plus, on peut modifier. »

Finalement, les selles Jump’In ne sont pas destinées à UN type de cheval mais à TOUS, atypiques ou non. Car même un cheval dans la norme a droit à une selle adaptée !

« Notre démarche c’est de bien faire comprendre à tous qu’on achète pas une selle pour UN cavalier, mais pour UN cheval. Si une selle pose bien sur un cheval, le cavalier se sentira forcément bien assis dedans. »

Les selles anatomiques sont déjà commercialisées. Il vous faudra compter autour de 690€ pour réaliser des panneaux sur mesure adaptables à d’autres selles. À ceci s’ajoute le prix de celle-ci.

Pour tous besoins supplémentaires, renseignements et prise de rendez-vous, vous pouvez contacter Jump’In sur leur page Facebook ou directement Benjamin Mahieu au 06.42.90.57.65.

Et vous, êtes-vous certain(e) que votre selle est bien adaptée ? Avez-vous déjà pensé à investir dans le sur-mesure ?