Vos plus beaux Fails Équestres : l’article récapitulatif

Ce mois-ci, j’organisais la 14ème édition de la Cavalcade des blogs ! Vous avez été nombreux-se à partager vos plus belles hontes aux côtés de nos meilleurs potos à quatre sabots…

Voici le récap’ des articles publiés sur le thème, merci encore pour vos splendides participations ! Logo-Cavalcade

Voilà voilà, j’espère qu’il ne manque rien ! Si vous avez participé et que je vous ai oublié, fouettez moi à coup de chambrière (et dites le moi histoire que je vous ajoute dans la liste)(ma boîte mail à la spam facile) (la vilaine).

Caisse à outils, pied en miette et autres fails équins

Il y a des jours où tout nous indique qu’on n’aurait jamais dû se lever. À cheval aussi, la preuve.

Cet article participe à la Cavalcade des Blogs organisée ce mois-ci par moi-même. Plus d’infos ici.

Logo-Cavalcade

Toi même cavalier•e, tu sais qu’il est rare de tout réussir du premier coup. Jadis, fermer la sous-gorge sans te tordre un doigt semblait idyllique et curer un postérieur digne des Hunger Games. Aujourd’hui, tu admires ceux qui partent sur leur longueur d’épaule en dedans sans le petit cercle de préparation. Nous avons tous des objectifs qui évoluent.

Pourtant, la progression en équitation, et c’est le cas pour tous les sports en général, ne forme pas une montée sans faille ni point de chute. Il faut parfois traverser de longues périodes de doutes, des moments où notre apprentissage patauge dans une carrière trop trempée. D’ailleurs, même si tout semble se dérouler comme on le souhaite, le sport est toujours là pour nous le rappeler : nous ne sommes JAMAIS à l’abris d’un long moment de solitude.

La meilleure façon de réagir face à ces situations : arrêter de croire que demain est le dernier moment pour se qualifier pour la Finale Coupe du Monde de Las Vegas et rire. Surtout rire, car cette finale, tu ne la courras JAMAIS.

C’est dans cette perspective résolument positive que j’ai décidé de te faire part de mes pires FAILS équins, ces moments où un sac en papier sur la tête aurait été de tout sauf de trop.

BAC PRO mécanique

Le premier moment de solitude t’es offert non pas par moi-même mais par un cavalier ami qui montait, il y a un moment, dans mon ancien club. Ma mère et lui partageaient une reprise commune, celle dite des cavaliers téméraires mais qui préféraient garder leurs étriers au galop.

Cette après-midi là, notre sympathique moniteur avait décidé de mettre à l’épreuve leur assiette avec un cours de Mise en Selle Obstacle. Cette discipline inventée par les enseignants dans le seul but de les nourrir en gâteaux faits-maison, est la hantise de tout cavalier qui se respecte. Quoi qu’il en soit, cette fois-ci les étoiles étaient alignées : ils allaient souffrir.

Le dispositif se composait d’une ligne de verticaux d’une hauteur plutôt moindre à enchainer sans les étriers. Pour les détendre, certains moniteurs demandent de faire chanter leur cavalier tout le long de l’exercice. Règle plus ou moins respectée par les élèves, qui y mettent pourtant de la bonne volonté.

Capture d’écran 2015-01-13 à 15.41.04

Cette capture d’écran immonde est extraite de la vidéo où je -tente- l’exercice (dispo ici).  C’est pire que “N’oubliez pas les paroles”, en mode expert ce truc.

Cette fois-ci, ils avaient la consigne de citer un mot par obstacle, selon le thème donné par le moniteur deux foulées avant le premier vertical. Ça parait simple comme ça, enfin attendez qu’on vous demande la liste des présidents de la Serbie ou des condiments utilisés dans la garbure et on verra si vous resterez bien droit sur vos deux fesses.

Bref, cet ami cavalier travaillait dans la mécanique, ce pourquoi le moniteur hurla « OUTILS » juste avant qu’il débute les dix secondes de torture pour son appendice masculin. Malheureusement pour lui ce jour là, il avait hérité de la terreur du centre équestre, un grand Selle Français qui envoyait des coups de cul de la puissance d’un trois tonnes cinq. C’est ainsi qu’après “marteau”, “clé à molette”, “tournevis” et “perceuse” il lança… « EXTRACTEUR » et fut balancé à trois mètre de la selle, avec pour destination triomphale, le sol.

La reprise fut prise d’un fou rire général à moitié intrigué par cet étrange outil inconnu du grand public et l’effet qu’il avait eu sur ce majestueux passage du cavalier.

Au moins, on ne peux pas dire que le cheval n’était pas à l’écoute.

Un ciseau à chier

Plus jeune, nous avions l’habitude de prendre un cours de voltige par mois, jusqu’au galop 3 ou 4. Notre moniteur nous obligeait à galoper à l’envers ou encore à trotter à genoux, les bras écartés. Il disait que c’était bon pour notre assiette. Pour ça nous disposions d’un gentil haflinger que seul un tremblement de terre aurait pu faire bouger.

Cette fois-là j’étais à cheval au galop et me concentrais au maximum pour réaliser le plus beau ciseau de l’histoire de la discipline.

Malheureusement, ce fût loin d’être le cas.

Déstabilisée pas mon équilibre précaire mon corps s’est soudainement désolidarisé du dos du cheval. J’ai volé. Volé. Puis, mes mains ont enfin touché terre. Enfin, par « terre » j’entend « crottin, posé là par un équidé vicieux ».

Je me suis littéralement écrasée dans la crotte.

giphy (1)

Une belle métaphore de la figure que je venais de réaliser, quoi.

CSO sur un pied

Il y a quelques mois, j’ai posté une photo de mon pied. Bizarrement, c’est une des images qui a reçu le plus de likes sur la page facebook du blog.

1558557_627856113950088_5700373414739571137_n

Bande de petits masochistes. 

Laisse moi maintenant t’expliquer pourquoi mon pied semblait sorti d’un séjour de quarante-huit heures en chambre froide…

C’était un dimanche matin, je préparais mes chevaux pour une sortie concours en Club3 et Club2 dans un centre équestre du coin. Pour la première fois depuis un moment je choisissait d’emmener Mirabelle, ma ponette en « pause compétition » après notre saison nulle de 2013. Comme d’habitude durant la préparation, Rock était calme, content de mettre ses protections de transport.

Une fois ma première monture embarquée, c’était au tour de Mirabelle de suivre la marche. Excédée d’avoir attendu trois minutes, attachée avec son licol, frétillant du croupion et voyant Rock s’enfuir à des milliers de kilomètres d’elle (le bout du jardin), elle craqua. Telle une furie, alors que je venais de la détacher pour l’emmener rejoindre Rock, elle m’arracha la longe des mains pour courir désespérément vers son bien aimé. Bien évidement, elle n’avait pas oublié de m’écraser copieusement le pied droit en passant.

Cris, insultes (gentilles mais pas trop), larmes qui coulent toutes seule, chaise qui arrive façon branle-bas de combat. Grosse ambiance.

(J’aimerais également préciser que ma grand-mère (que je vois une fois par an et qui fait une attaque dès qu’il m’arrive le moindre truc) était aux premières loges pour voir la scène.)

giphy

À peu près. 

J’ai décidé de quand même participer au concours — avec un pied en moins et en serrant les dents. Je boitais sur la reconnaissance, mais j’essayais de garder le sourire (tout en souffrant le martyr).

Finalement, j’ai fais un sans faute, même si ma selle tournait un peu, bizarrement…

Cavalcade des Blogs édition 14 : C’est par ici que ça se passe !

En janvier/début février, c’est ici même qu’est hébergé l’édition n°14 de la Cavalcade des Blogs. Arrête de me regarder avec de grands yeux ronds, je t’explique tout de suite comment ça marche.

Si tu suis de près ou de loin l’actu’ de l’a blogosphère équestre, la cavalcade ne doit pas t’être inconnue. Il s’agit d’un évènement qui se balade d’un bout à l’autre de l’internet, au fil des participations. Tous les mois, un blog choisi d’héberger la cavalcade, il choisi alors un thème autour duquel les participant•e•s devront écrire un article. À la fin, tous les liens des différents articles sont regroupés sur une page du blog organisateur. Logo-Cavalcade Si ça semble un peu confus comme ça, pas de panique, les règles sont simples : écris un article en fonction du thème, envoie moi son lien, je me charge du reste.

& le thème est…

Ce mois-ci a été un peu compliqué pour moi, étant journaliste j’ai été très touchée par les événements de la semaine dernière. Du coup, j’ai longuement hésité… pour finalement revenir sur un indispensable : pour cette Cavalcade des Blogs, fais moi rire, par pitié.

Raconte moi ton pire/meilleur FAIL équin ! Chute grotesque, moment de solitude, honte intersidérale, prouve moi que l’équitation aussi nécessite une bonne dose d’auto-dérision.

 Pour participer, il faut suivre quelques règles

Non, non il ne suffit pas de partir en mode YOLO pour inscrire ton article à la Cavalcade, pour que celui-ci soit accepté il faut qu’il soit :

  • de nature non commerciale.
  • original (il ne doit pas avoir été publié sur d’autres blogs, en d’autres terme : pas de « copier coller », car cela n’intéresse personne !)
  • de qualité.
  • nouveau (publié spécialement pour l’événement, pas avant).
  • dans le sujet du thème annoncé.
  • au minimum, de 400 mots et rédigé en français (si possible, sans faute d’orthographe !)
  • Tu peux y inclure 2 liens (max) vers votre blog ou site.
  • Tu dois y inclure, un lien vers cet article, un lien vers Le (vrai) blog cheval (organisateur de l’édition) et un lien vers Cheval-Facile (organisateur de la Cavalcade).

Si tu te sens d’attaque, envoie-moi le lien de ton article à amelie.mouronval@gmail.com. Si tu n’as pas de blog, fais moi parvenir ton article, je le publierai ici. Fin des participations le 10 février !