Rencontre avec Lucille Delcros de l’association étudiante Horse & Co

Ce n’est pas parce qu’on est étudiant qu’on passe sa vie à ranger son trieur ! Lucille fait partie du pôle partenariat de l’association Horse & Co qui organise bientôt son jumping fun, réunissant des étudiants de toute la France ! Nous lui avons posé quelques questions.

  • Qui es-tu et que fais-tu dans la vie (quand tu n’as pas de bombe sur la tête) ?

Je m’appelle Lucille, j’ai 21 ans je suis actuellement étudiante en MSc Marketing à Kedge BS Marseille. Je monte à cheval depuis que j’ai 7 ans et j’ai aussi mon propre poney. Je fais partie d’Horse & Co depuis octobre et je suis au pôle partenariat (les commerciaux d’Horse & Co, en charge de trouver des partenaires pour que le Jumping puisse avoir lieu).

Plus tard, je voudrais travailler dans le marketing/ événementiel c’est pour ça que j’ai voulu rejoindre Horse & Co !

  • Commençons… par le commencement : c’est quoi au juste Horse & Co ?

Horse & Co c’est la commission équestre du BDS (Bureau Des Sports) de l’école de business et management Kedge Marseille. En gros on est là pour représenter les sports équestres dans l’école et montrer qu’à Marseille aussi on fait du cheval !

  • Parle moi un peu de la naissance d’Horse & Co. Depuis quand l’association existe-t-elle et pourquoi a t-elle été créée/dans quel but ?

Horse & Co existe depuis 2012, elle a été créée dans le but de pouvoir faire valoir également les sports équestres au sein de notre école (Kedge Marseille ex Euromed) mais également dans le but d’organiser en fin d’année un Jumping regroupant des étudiants venus de toute la France.

  • Aujourd’hui vous êtes combien à vous y investir ?

Aujourd’hui l’équipe compte 10 membres :

• Une chef de projet
• Une trésorière
• Un pôle communication
• Un pôle logistique
• Un pôle partenariat

horse-and-co

  • Quel est le genre de manifestations que vous organisez ?

Horse & Co met en place plusieurs types d’événements tout au long de l’année :

• Des randonnées
• Des stages : débutants, CSO, Horse Ball en partenariat avec l’Etrier d’Aubagne

Mais le plus important c’est notre Jumping qu’on organise cette année pour la 3ème fois (2013, 2015 et 2016).

jumping-kedge

  • Bosser pour une association comme celle-là, ça se passe comment ? Chacun possède sa propre tâche ou tout le monde ajoute un peu son grain de sel et ses (bonnes) (ou mauvaises !) idées ?

Chez Horse & Co on est très organisé ! On est réparti en plusieurs pôles et chacun a son rôle bien attitré. Chaque semaine nous avons une réunion pour faire le point sur l’avancement des tâches. C’est à ce moment qu’on se retrouve également pour mettre en commun nos idées (bonnes ou mauvaise 😉 )

  • Gérer un tel projet, en plus de ses études, c’est pas trop compliqué ? Comment gères-tu ton emploi du temps en général ?

En ce moment c’est un peu compliqué car je suis en stage loin de Marseille. J’essaye de me tenir informée au mieux de l’avancée des choses et de tout ce qui se passe. Comme je suis au pôle partenariat je démarche principalement les entreprises le soir et le week end, dès que j’ai un peu de temps en fait !

  • Du 7 au 8 mai, Horse & Co organise le Jumping KEDGE Marseille, qu’est-ce qui vous a donné envie de mettre en place un tel événement ?

C’est la 3ème année qu’Horse & Co organise ce Jumping. Ce qui nous pousse à mettre en place un tel événement c’est l’envie de rassembler des étudiants venus de toute la France autour d’une même passion : l’équitation ! Et pouvoir aussi passer de super moments conviviaux le temps d’un week end sous le soleil du Sud.

  • Quelles sont les activités/épreuves auxquelles les étudiant(e)s peuvent participer ?

Cette année le samedi aura lieu une épreuve de Pony-Games (qui ne compte pas pour le Jumping) afin de pouvoir lancer les hostilités et que tout le monde apprenne à se connaître. C’est le dimanche qu’à lieu l’épreuve de CSO. Cette année aura lieu en même temps la finale régionale du Sport U, de beaux moments en prévision !

  • En général l’ambiance c’est plutôt soirée d’intégration ou Finale du Longines Global Champions Tour ?

jumping-kedge-2

L’ambiance est bon enfant, tout le monde profite à fond du week-end et des activités mises en place, sans oublier que le dimanche il faut être à fond pour pouvoir gagner l’épreuve de CSO !

  • Qui peut s’y inscrire ? Faut-il avoir un certain niveau ?

Tous les étudiants peuvent s’inscrire ! Il faut avoir minimum le Galop 4. Le Jumping se court en binôme, il faut donc trouver quelqu’un avec qui s’inscrire également.

  • Vous aviez déjà un peu d’expérience dans l’organisation des concours avant ça ?

La moitié de l’association était déjà présente l’année dernière (nos A2) ils ont donc déjà participé à la préparation du Jumping 2015. Pour nous les nouveaux, c’est une première !

  • Qui finance l’évènement ? Vous avez une (super grosse) tirelire ou des partenaires pour vous aider ?

Cette année nous avons réussi à trouver un super sponsor qui nous aide grandement ! D’ailleurs le Jumping s’appelle en fait « Jumping HDCP KEDGE ». N’hésitez pas d’ailleurs à aller consulter leur site ! (On remercie également tous nos autres sponsors)

hdcp
Nous avons aussi innové cette année en lançant une opération de crowdfunding qui a très bien marché et nous a permis de récolter plus d’argent.

  • Concrètement, ça se passe comment si on a envie de lancer un jumping étudiant au beau milieu de sa fac (en admettant qu’elle possède une carrière) (on peut rêver) ?

Pour pouvoir se lancer dans un tel projet il faut surtout trouver un club qui accepte de nous héberger ! Pour nous c’est chose faite : le Jumping a lieu au club du Deven à Istres.

  • Pour toi, quelles sont les clés d’un Jumping bien organisé ? (outre des toilettes propres) (haha)

Que tous les participants passent un excellent (voir même le meilleur de leur vie) et que l’orga (nous) soyons satisfaits de notre travail !

jumping-kedge3

  • Qu’est-ce que tu retires de cette expérience / de ton rôle au sein d’une association comme Horse & Co ?

Quand on organise un événement rien n’est gagné d’avance. Il faut surtout ne jamais rien lâcher parce que le jeu en vaut la chandelle 😉

  • Dans l’idéal, il se passe quoi pour Horse & Co en 2016 ?

Un jumping qui se déroule à merveille, du soleil (du pastis), des participants qui passent un super week-end et qui veulent revenir l’année prochaine !

horse-and-co2

On souhaite remercier Georgette Mag qui a pris le temps de faire cette super interview !

Plus d’info à propos du Jumping Kedge sur le site officiel et l’évènement Facebook

Georgette Mag débarque dans ta timeline ! (et pour fêter ça, on organise un grand concours)

C’est officiel, Le (vrai) blog cheval n’est plus : vive Georgette Mag !

En 2014, en parallèle de mon travail de rédactrice web, j’ai décidé de lancer un blog pour parler d’équitation de manière fun et décomplexée. Le (vrai) blog cheval a surgit des limbes profondes de l’internet. J’ai eu envie de te faire rire, toi, un peu serrée dans ta veste de concours; mais aussi toi, qui vient de te prendre un coup de queue de Connemara dans les yeux. Parce que, hey, qu’on aime trotter dans l’herbe ou poser des bandes de repos, on est tous un peu foutus pareil au fond. Le blog s’est rapidement développé avec une structure très magazine (avec ses rubriques, ses infos et pas si centré sur moi, au final). C’était donc, je pense, la réaction la plus logique de l’assumer tel qu’il est. Merci à vous, tous, même si vous lisez les articles en sous-marin ou que vous regardez seulement les vidéos sur la chaîne Youtube. Sans vous j’serais rien. C’est beau putain.

Mais, hé, au lieu de mettre en route ta Playlist Saez (celle de la dernière fois ou tu t’es fait-e largué-e) je te propose de découvrir le teaser de lancement (qui est beaucoup plus drôle) :

Georgette Mag, y’a quoi qui change ?

Cesse de couvrir ton clavier de morve et de larmes, Georgette Mag c’est Le (vrai) blog cheval… En mieux ! Pas de changements majeures dans la ligne édito, outre l’apparition progressive de nouvelles rubriques comme les conseils, le sport et les témoignages (vient raconter le tiens par là); un nouveau site qui sent le neuf (un peu comme chez Ikea) et un nouveau nom qui claque (les fesses dans la selle).

Georgette Mag c’est toujours être au plus proche de toi (parce que les “Bonsoir chère Madame” et “Cordialement, mon bon ami” c’est pas trop trop mon truc, wesh). C’est toujours des News équestres WTF, des sélections shoppings qui font frémir ton portefeuille, des vidéos marrantes et (très) peu de parcours sans fautes en Club1.

Bref, Georgette Mag c’est quand même bien coolos entre deux cafés au Club House.

PS : Georgette Mag c’est aussi des comptes Instagram et Twitter tout neufs (abonne-toi, histoire qu’on soit plus 3) (en comptant mon père).

Du coup, on couvre ton corps de cadeaux !

Pour fêter le lancement de Georgette Mag, j’ai décidé de mettre en place un grand concours façon “Calendrier de l’Après, bien après” ! Un lot est mis en jeu tous les jours pendant une semaine (soit sept cadeaux en tout). Tous les matins, un lot sera mis en jeu et un-e gagnant-e tiré-e au sort le soir même ! Pour participer, ça se passe sur la page Facebook du Mag. Les lots seront également annoncés ici.

  • J-1 : Ce premier lot est en partenariat avec Ekibox ! On te propose de remporter le soin restructurant et démêlant pour crins “De Stress” de chez EcoLicious Equestrian, une étrille Shed Flower Epona et un Tote Bag dessiné par Soon a Horse et Mouftasche ! Clique sur l’image pour avoir toutes les infos :

concoursvisuel1

  • J-2 : Aujourd’hui, on te propose de remporter un petit carnet tout mignon “Les paillettes coulent dans mes veines”. Parce que, hé, le sang c’est pour les losers ! Clique sur l’image pour avoir toutes les infos :

concours2

  • J-3 : Pour cette troisième journée, Etrical s’est associé à nous pour t’offrir une belle paire d’étriers ultra-conforts Randocal (on en avait parlé ici): Clique sur l’image pour avoir toutes les infos :

concours3

J-4 : RDV demain matin à 9h !

J-5 :

J-6 :

J-7 :

Salon du cheval 2015 : Le (vrai) blog cheval y sera ! (+ concours)

Cette année, j’ai l’immense chance d’avoir été choisie comme “ambassadrice blogueuse” au Salon du Cheval de Paris. Petit point sur le programme (chargé) de ces deux prochaines semaines !

680x87

C’est confirmé, le Salon du Cheval aura bien lieu cette année. L’information a été confirmée, le rendez-vous annuel du parfait cavalier français est maintenu, à grand renfort de sécurité, du 28 novembre au 6 décembre à Villepinte.

Es-tu prêt(e) à errer entre les rayons, transpirant(e) entre les tapis fluos et les montagnes de couvre-reins soldés ? À applaudir les finales de l’Indoor de France Club2 ? À baver devant le rideau du Hall 5B ?

Cette année encore le Salon c’est du shopping, des animations, le spectacle de La Nuit du cheval, des compétitions prestigieuse comme CSI5* Longines Paris Masters, de l’élevage et de l’éthologie. Bref, en rentrant chez toi tu auras sans doute les jambes lourdes et le portefeuille léger.

Nouveautés en 2015, le concours Equi’ Star 2015 révélera le talent de la scène des spectacles équestres. Les artistes se présentant à cet “Incroyable Talent” version poils et sabots se produiront deux fois par jour sur la carrière Animation. Tu pourras également rencontrer plusieurs youtubeuses équestres sur l’espace conférence le samedi 5 décembre !

☞ Tout savoir sur le programme de cette année ☜

Le (vrai) blog cheval sur le Salon

Je vais essayer d’être présente au maximum sur place cette année (dans le mesure du possible) (bin oui je travaille quand même). À priori je serai à Villepinte le samedi 28 novembre, le mercredi 2 et le jeudi 3 (au soir). 

Au programme : un maximum de vidéo pour te plonger dans l’ambiance !

Concours

Je te propose de gagner 5×2 places pour toute la durée du Salon ! Pour ça, connecte-toi à 17h30 sur la page Facebook du blog et répond le plus vite possible à la question posée !

image1

750x223

Vote pour Le (vrai) blog cheval aux Golden Blog Awards 2015 !

Cette année encore, je tente ma chance aux Golden Blog Awards, une cérémonie récompensant les meilleurs blogs dans leur catégorie. Mais pour ça, j’ai besoin de ton petit index.

En 2015 les Golden Blog Awards et ses multiples spams à base de “Votez pour moi sinon votre cochon d’inde va faire une combustion spontanée” reviennent. Et tu sais quoi ? Le (vrai) blog cheval s’est de nouveau inscrit ! Cette cérémonie remettra un prix aux blogs les plus plébiscités dans des catégories comme la mode, le ciné, les illustrations ou le sport. Tu peux (et dois, sous la torture) voter jusqu’au 26 octobre. Ensuite, les juges désigneront le meilleur blog parmi les 10 ayant reçu le plus de votes. La remise des prix se passera en novembre dans les salons de l’Hôtel de Ville de Paris.

À ma connaissance, aucun blog d’équitation n’a encore jamais remporté la catégorie sport ! Il est temps de rentrer les footballeurs dans leurs buts en secouant la chambrière et vaporiser quelques émanations de crottin dans la Mairie de la Capitale, non ?

Pour voter, il suffit de cliquer sur l’image ci-dessous. Tu peux le faire une fois par jour :

votepourmoi

Concours de ouf spécial 2.000 fans Facebook !

Bonne nouvelle : vous êtes un peu plus de 2.000 sur la page Facebook du blog ! Comme je ne peux pas venir vous prendre dans les bras un par un (ce serait un peu long) (et creepy aussi), je vous ai préparé un concours spécial ! De rien. Merci à vous.

Le 6 juin 2015 — Le concours est terminé ! Après tirage au sort via Random.org, c’est Jessica Pinson qui a remporté la box ! Bravo et paillettes !

giphy (4)

En mars 2014, je lançais mon premier blog (et par “blog” j’entends différent de mes psaumes dépressifs et autres poèmes en proses de Skyblog) (sur fond de Kyo). En un an et deux mois, c’est un peu plus de deux mille petits index qui ont cliqué sur le bouton “J’aime” de la page Facebook du (vrai) blog cheval. Plus de deux mille personnes qui ont eu envie de suivre chacune de mes mirifiques interventions dans le paysage Internet français.

C’est beau.

Pour vous remercier, j’ai décidé de mettre en place un concours un peu spécial. Je mets donc en jeu une box contenant sept cadeaux plutôt coolos. Voici ce qu’elle contient :

  • Un mini carnet Thelwell

concours6

Petite, j’aimais fouiller dans la bibliothèque de mes parents pour regarder le petit recueil de cet illustrateur anglais. Spécialisé dans le dessin humoristique, ses tout petits cavaliers sur ses énormes shetlands sont à crever de rire.

  • Un bon pour un bracelet en crin by Maudi

concours5

Rappelle-toi : le bracelet en crin est un gri-gri infaillible pour gagner en concours. Cette créatrice en connait un rayon de ce côté là. Maud utilise quelques brins de la queue de ton propre cheval pour réaliser de très jolis bijoux tressés. Tu peux choisir ton fermoir ainsi que la forme de ta tresse et même y ajouter une personnalisation (breloque, texte, perle, …)

Ils ont un aspect un peu ethniques que j’aime beaucoup. En fait, c’est mon type de bracelet en crin préféré; loin de certains autres un peu plus travaillés et montés sur une base en acier que je trouves un peu kitschouilles et des modèles tissés, qui coûtent un bras. Bref, il sera du plus bel effet sur ton poignet pas encore trop bronzé, au bord de la carrière.

(Attention : ce bon t’offre un bracelet avec fermoir à boucle comme celui-ci)

  • Un petit paquet de bonbons pour chevaux Hilton Herbs

concours4

Découvert dans l’Ekibox Summer Basics, la marque Hilton Herbs crée des produits de soin et des compléments alimentaires naturels pour les chevaux. Ces quelques bonbons à base de luzerne, farine de Blé, graines de Lin, Ail, Menthe, Origan et Romarin devrait ravir n’importe quel fougueux destrier, après une longue séance d’épaules en dedans.

concours3

Je t’ai déjà parlé à maintes reprises de Horse & Ropes. Mais peut-être es-tu arrivé-e en cours de route, alors voici une petite séance de rattrapage : ce shop propose une large gamme de matériel éthologique en corde ultra-personnalisable et coloré. Leur grande nouveauté, ce sont ces rênes qui permettent d’être très rapidement accrochées à un licol éthologique, un side-pull, un Riding Halter ou même un filet normal (merci les mousquetons, très rapides à mettre et enlever).

Ces rênes font partie de la gamme “fun”. Elles sont turquoises et en taille cheval (3m) !

  • Une paire de chaussettes KozySocks effet lannières

concours2

Si tu es allé-e au Salon du Cheval ou encore à Equita’Lyon cette année, tu n’as pas pu louper ce stand de chaussettes ultra-coloré et plus fréquenté encore qu’un Primark le jour de son ouverture. Leur concept : des mis-bas d’équitation fun, tout doux et pas chers. Forcément, ça attire les foules.

Je te propose donc de gagner ce modèle qui te donnera des allures de Xena la guerrière sur tes reconnaissances de parcours (ou de petit poney SM) (c’est au choix).

(Cette paire est en taille 37-40)

  • Une étrille trouvée chez Padd 

concours1

Goûter à ce type d’étrille c’est changer ta vie à jamais, crois-moi. Elle est très efficace, pratique à nettoyer et ne prend pas trop de place dans ton sac de pansage.

Et oui, c’est un coeur. Parce que j’vous aime, putain.

  • Un paquet de bonbons aux fruits Showmaster

concours7

Les bonbons c’est déjà cool en soi. Mais alors, si en plus ce sont des bonbons en forme de chevaux, je crie au génie. Sache que c’est avec un self-control digne de celui de Bruce Banner que j’ai réussi à ne pas exploser le paquet avant de l’emballer dans le carton.

* ______*______ *

Pour avoir une chance de remporter la méga-box spéciale 2.000 fans il te suffit de vérifier que tu likes la page Facebook du blog, celle de Bracelet en crin by Maudi, celle de Horse & Ropes et de poster « Je suis un-e fan de la première heure, merci pour ce moment » (oui, j’aime me lancer des fleurs) (laissez moi) dans les commentaires en dessous (ET PAS SUR FACEBOOK) (JE TE VOIS). Précise également ton adresse mail, histoire que je puisse te contacter. La ou le gagnant(e) sera tiré(e) au sort.

Que la force soit avec toi.

Fin du concours et résultat par tirage au sort le vendredi 5 juin.
Tu seras averti(e) par mail donc ne prévois pas d'hiberner 
ce jour là !

PS : giphy

Rencontre avec Manon Dillenschneider, candidate d’“Equidia Life Academie” (saison 2)

La première télé réalité cavalière revient pour une saison 3 ! Joie et pop-corn ! À cette occasion, j’ai posé quelques questions à Manon, candidate de la saison précédente.

equidialifeacademie

  • Peux-tu me raconter comment s’est passée ta sélection ? Qu’est-ce qui t’as donné envie de participer à cette émission ?

Au départ je ne connaissais absolument pas cette émission car je n’ai pas la chaîne Equidia à la maison… L’équipe de tournage a donc appelé ma monitrice pour lui demander si elle avait des cavaliers qualifiés pour les championnats de France en Club Elite avec un cheval de club (les conditions de participations sont assez précises : les propriétaires n’ont pas le droit de participer). Elle a tout de suite pensé à moi, et lui en a parlé sans même m’en informer avant !

Ensuite, elle m’a prévenu et l’équipe m’a téléphoné pour m’expliquer les démarches a faire. Je devais donc m’inscrire sur internet et envoyer une vidéo d’un de mes tours en concours avec Nithard (mon cheval de concours à l’époque). Puis, quelques temps après, Tristan (l’organisateur) m’a appelé pour me dire que j’étais sélectionnée. Je devais maintenant passer le casting à Lamotte durant le championnat ! J’ai donc répondu à quelques questions devant une caméra (une présentation et quelques questions autour du cheval).

Ensuite, au mois de septembre, Tristan m’a contacté pour m’annoncer que j’étais sélectionnée parmi les 6 meilleurs cavaliers de France et que j’allais participer à Equidia Life Académie (La classe, ndlr, héhé). Ce qui m’a donné envie c’était avant tout de pouvoir rencontrer des cavaliers pro, mais aussi de pouvoir me tester.

  • Parle il a fallumoi de Nithard d’Epinette, le cheval avec lequel tu as été sélectionnée.

Nithard était un cheval très gentil, très à l’écoute, mais très « bébé » dans sa tête. Nos débuts on été assez difficiles car “Ninou” est un cheval qui a besoin d’avoir confiance en son cavalier… Il nous a fallu un peu moins d’une année pour bien nous connaître. Nous avons débuté en Club2 et chaque année nous montions dans les épreuves. Nous avons eu beaucoup de victoires, beaucoup de plaisir ensemble, c’était un très bon cheval ! nithard

  • Combien de temps a duré le tournage de l’émission ?

Le tournage a duré en tout 5 jours (mais moi je n’y suis allé que 3 jours car j’ai été éliminée plus tôt).

  • T’es-tu ”préparée“ avant le début du stage ? Genre, apprendre le manuel des galops par coeur ou faire une semaine de mise en selle ?

Avant l’émission je ne me suis pas entraînée, non. Je ne voulais pas me mettre la pression, je n’étais pas forcément là bas pour gagner, mais plus pour participer et découvrir autre chose que le monde « Club ». À cette époque j’avais perdu totalement confiance en moi à cause d’un gros panache avec Nithard.

  • Avec les autres participants vous vous entendiez tous, ou c’était plutôt ambiance “Les Anges de la Télé réalité” ?

Durant l’émission avec les autres candidats on s’entendait tous bien ! On était un peu comme une petite famille, on rigolait bien. Il y avait vraiment une bonne ambiance !

  • Parle-moi un peu des chevaux que tu as pu monter là bas. Etaient-ils très différents des chevaux que tu montes en général ?

Les chevaux que j’ai monté durant l’émission était des chevaux d’école. C’était le cas les trois premiers jours. Ce n’était pas des chevaux exceptionnels, ils étaient très gentils. Ensuite pour les autres jours c’était d’autres chevaux que je n’ai pas connu du coup…

  • Comment gérais-tu ton stress avant les évaluations ?

Normalement je ne suis pas trop de nature à stresser. Mais, étant dans une mauvaise période pour moi, je doutais vraiment de mes capacités et je perdais donc tous mes moyens…

  • Comment se passait le tournage au quotidien avec l’équipe technique ? Est-ce que vous aviez parfois besoin de refaire des scènes, etc ?

L’équipe technique du tournage était géniale ! Ils nous ont vraiment mis à l’aise, car ce n’est pas facile de parler devant des caméras… Nous avons dû recommencer certaines scènes, surtout la première, quand nous arrivons dans la carrière, et puis l’arrivée des coaches aussi !

  • Le fait d’être filmé à cheval, est-ce que ça fait perde ses moyens ou au contraire, l’effet inverse : un méga booster pour donner le meilleur de toi même ?

Mon papa est un vrai caméraman alors être filmée à cheval, j’y suis habituée ! ^^ Je n’y faisais pas vraiment attention du coup. Ce qui était plus perturbant c’était les coaches qui était présents… Avoir de tels cavaliers à nos côtés c’était impressionnant : le fait de savoir qu’ils peuvent s’intéresser à de si petits niveaux comme nous. Nous ne sommes rien a côté d’eux…

  • Ils étaient plutôt sympas du coup ? Impressionnants ? Très (très, très) exigeants ?

Les coaches étaient très sympas, très simples en fait. Ils ont tout fait pour nous mettre à l’aise et nous donner de précieux conseils. Thierry (Pommel) a été très présent avec nous. Philippe (Rozier) était là dès qu’il pouvait (il avait des concours en même temps). En revanche je n’ai vu Virginie (Couperie) que le premier jour. À cheval ils étaient exigeants (ce qui est normal) (nous devions faire nos preuves à cheval !)

  • Pour toi, quel est l’exercice le plus compliqué qu’ils vous ont fait faire ?

L’exercice le plus compliqué était le deuxième jours : des lignes brisées très (très) courtes dans le tracée !

  • Y’a t’il un conseil particulier des coaches que tu retiens de cette expérience (sur ta position ou ta façon de monter tes parcours, par exemple) ?

Oui il a y a beaucoup de conseils que j’ai retenu, surtout la première remarque de Philippe pour les étriers (je chaussais court), le regard, la position des mains. Ces remarques qu’ils ont cité de nombreux fois durant le stage ! ^^

  • Quel est ton meilleur souvenir durant cette aventure ?

Mon meilleur souvenir durant l’émission est la rencontre avec les coaches et avec de nombreuses personnes géniales sur le site de Conches. Et puis, pour notre dernier tournage, allez au Gucci Masters et être parmi les pro’, discuter avec quelques-uns d’entre eux, faire signer des autographes, etc… Comme avec Edwina Tops-Alexander, par exemple ! GCT2012_Edwina_Alexander2_Lusanne_Sportfot_GCT

Image via An Eventful Life

  • … maintenant il faut aussi que tu m’avoues le pire !

Il n’y a pas eu de moment que je n’ai pas aimé (sauf mon élimination bien sûr…) ! J’aurais préféré continuer l’aventure jusqu’au bout mais j’ai déjà parcouru un beau chemin, surtout quand on sait qu’à la base, que je ne croyais pas du tout en moi…

  • Et toi, comment as-tu évolué depuis ? Es-tu toujours cavalière de club, ou heureuse propriétaire ? 

Juste après les championnats de France j’ai tout arrêté avec Nithard. J’avais besoin de voir autre choses même si je l’aimais énormément. Nous avons fait un long chemin ensemble. J’ai donc acheté une jument avec laquelle j’ai recommencé le travail depuis le départ. Actuellement, je suis dans ma 1ère année en Amateur et je suis très heureuse.

Je vois Nithard tous les jours et je l’apprécie toujours autant ! Je ne le remercierais jamais assez pour tous les bons moments qu’il a pu me faire vivre… Cette émission à laquelle j’ai pu participer, c’est tout de même grâce à lui ! manonhorses

 Toscane du Loir et Venetto du Menphis, les deux alezans de Manon. 

  • Et pour finir, la question classique : Que dirais-tu aux cavaliers qui souhaitent participer à la saison 3 ?

Je leur dirai de rester simple tout à long de l’aventure et de ne pas se mettre la pression. Il faut croire en soi, c’est le plus important !

————————

Si tu es intéressé-e pour participer à cette nouvelle saison, les inscriptions sont toujours ouvertes. Il suffit de te rendre ici ! Tu devras remplir un formulaire et joindre une vidéo d’un de tes parcours. Attention, tu dois avoir moins de 26 ans, le galop 6 au minimum, monter un cheval de Club et être qualifié-e pour Lamotte en Club Elite (car la sélection finale s’effectuera là bas ) ! La bande annonce de la saison 2, diffusée en 2013 :

Gagne des cadeaux avec Cavaletic, la marque des cavaliers éco-responsables

Il y a un petit moment, j’ai été contactée par Cavaletic, une marque qui prône le respect de la nature et des (bonnes) normes de travail humain. Hier leur shop en ligne a enfin été lancé ! Pour l’occasion on a décidé de t’offrir quelques trucs plutôt coolos…

Edit du 6 avril — Le tirage au sort sur Random a parlé. Clara Muss remporte le tapis, Alison Didier le couvre selle et Séverine (dit “Sally Bouli” ?) le sac ! Je vous offre également Joseph Gordon-Levitt et ma plus haute considération distinguée. Bien ouej !

joseph

cavaletic

Tu n’es pas sans savoir que la planète va mal. Même si, à notre microscopique échelle individuelle, on ne peut pas y faire grand chose, c’est bien d’y être sensibilisé et de faire des efforts pour la préserver au maximum.

En général, nous, cavaliers, ne passons pas notre vie à faire des voltes dans un manège. Nous aimons les trottings en foret. Les branches frappant notre bombe et arrachant nos bras. Le soleil qui dessine les superbes trace de bronzage de nos gants. Les chevreuils qui traversent le chemin et nous font frôler la syncope. La nature on l’aime et on se doit de la protéger, pour nous et nos chevaux.

C’est toute l’idée de base d’Elodie Traclet, créatrice de Cavaletic.

La marque prône l’éthique et s’inscrit dans une charte bien précise. Elle s’engage à utiliser des matières biologiques et/ou écologiques qui n’ont aucun effet néfaste sur la nature, sur leurs producteurs et les consommateurs. Elles sont souvent recyclés mais aussi recyclable et produites dans des usines qui respectent les conditions de travail et la rémunération des ouvriers. Aussi, aucun produit animal est utilisé (pas de cornes, d’os, de cuir ou de fourrure) et l’empreinte de CO2 est réduite au minimum.

Mon âme de cavalière est conquise.

La marque propose donc du textile de qualité, des polos et chemises de concours classes et responsables mais aussi une gamme de tapis pour les chevaux. Les prix sont un peu plus élevés que les marques d’entrée de gamme mais, hé, comme l’a dit un grand sage nommé Leclerc : “Consommer mieux, ça se décide”.

Sélection totalement subjective

cavaleticpolo

J’ai pu tester le tapis et le modèle “Antilope”, les photos arrivent incessamment sous peu !

Concours de la mort qui tue

Voilà, c’est le grand moment.

517

Avec Cavaletic, nous avons décidé que Noël était beaucoup trop loin et qu’il était impossible d’attendre. La marque a donc mis en jeu un tapis, un protège selle et un cabas (parfait pour ranger ton tapis blanc) (et éviter qu’il soit toujours sale avant même de l’avoir posé sur le dos de ta fidèle monture). Tous les articles sont en coton bio et en polyester recyclé. La classe quoi.

cavaletic cavaletic2 cavaletic3 cavaletic4 cavaletic5 cavaletic7 cavaletic8

Chihiro approuve. 

Pour avoir une chance de remporter  un des trois lots il te suffit de liker la page Facebook de Cavaletic, du (vrai) blog cheval et de poster « Je veux me rouler nu-e dans du coton bio » (comment ça c’est indécent ?) dans les commentaires en dessous (ET PAS SUR FACEBOOK) (JE TE VOIS). Précise également ton adresse mail, histoire que je puisse te contacter. Les trois gagnants seront tirés au sort. 

Que la force soit avec toi.

Fin du concours et résultat par tirage au sort le lundi 6 avril.
Les gagnants seront avertis-es par mail
donc ne prévois pas d'hiberner ce jour là !

Caisse à outils, pied en miette et autres fails équins

Il y a des jours où tout nous indique qu’on n’aurait jamais dû se lever. À cheval aussi, la preuve.

Cet article participe à la Cavalcade des Blogs organisée ce mois-ci par moi-même. Plus d’infos ici.

Logo-Cavalcade

Toi même cavalier•e, tu sais qu’il est rare de tout réussir du premier coup. Jadis, fermer la sous-gorge sans te tordre un doigt semblait idyllique et curer un postérieur digne des Hunger Games. Aujourd’hui, tu admires ceux qui partent sur leur longueur d’épaule en dedans sans le petit cercle de préparation. Nous avons tous des objectifs qui évoluent.

Pourtant, la progression en équitation, et c’est le cas pour tous les sports en général, ne forme pas une montée sans faille ni point de chute. Il faut parfois traverser de longues périodes de doutes, des moments où notre apprentissage patauge dans une carrière trop trempée. D’ailleurs, même si tout semble se dérouler comme on le souhaite, le sport est toujours là pour nous le rappeler : nous ne sommes JAMAIS à l’abris d’un long moment de solitude.

La meilleure façon de réagir face à ces situations : arrêter de croire que demain est le dernier moment pour se qualifier pour la Finale Coupe du Monde de Las Vegas et rire. Surtout rire, car cette finale, tu ne la courras JAMAIS.

C’est dans cette perspective résolument positive que j’ai décidé de te faire part de mes pires FAILS équins, ces moments où un sac en papier sur la tête aurait été de tout sauf de trop.

BAC PRO mécanique

Le premier moment de solitude t’es offert non pas par moi-même mais par un cavalier ami qui montait, il y a un moment, dans mon ancien club. Ma mère et lui partageaient une reprise commune, celle dite des cavaliers téméraires mais qui préféraient garder leurs étriers au galop.

Cette après-midi là, notre sympathique moniteur avait décidé de mettre à l’épreuve leur assiette avec un cours de Mise en Selle Obstacle. Cette discipline inventée par les enseignants dans le seul but de les nourrir en gâteaux faits-maison, est la hantise de tout cavalier qui se respecte. Quoi qu’il en soit, cette fois-ci les étoiles étaient alignées : ils allaient souffrir.

Le dispositif se composait d’une ligne de verticaux d’une hauteur plutôt moindre à enchainer sans les étriers. Pour les détendre, certains moniteurs demandent de faire chanter leur cavalier tout le long de l’exercice. Règle plus ou moins respectée par les élèves, qui y mettent pourtant de la bonne volonté.

Capture d’écran 2015-01-13 à 15.41.04

Cette capture d’écran immonde est extraite de la vidéo où je -tente- l’exercice (dispo ici).  C’est pire que “N’oubliez pas les paroles”, en mode expert ce truc.

Cette fois-ci, ils avaient la consigne de citer un mot par obstacle, selon le thème donné par le moniteur deux foulées avant le premier vertical. Ça parait simple comme ça, enfin attendez qu’on vous demande la liste des présidents de la Serbie ou des condiments utilisés dans la garbure et on verra si vous resterez bien droit sur vos deux fesses.

Bref, cet ami cavalier travaillait dans la mécanique, ce pourquoi le moniteur hurla « OUTILS » juste avant qu’il débute les dix secondes de torture pour son appendice masculin. Malheureusement pour lui ce jour là, il avait hérité de la terreur du centre équestre, un grand Selle Français qui envoyait des coups de cul de la puissance d’un trois tonnes cinq. C’est ainsi qu’après “marteau”, “clé à molette”, “tournevis” et “perceuse” il lança… « EXTRACTEUR » et fut balancé à trois mètre de la selle, avec pour destination triomphale, le sol.

La reprise fut prise d’un fou rire général à moitié intrigué par cet étrange outil inconnu du grand public et l’effet qu’il avait eu sur ce majestueux passage du cavalier.

Au moins, on ne peux pas dire que le cheval n’était pas à l’écoute.

Un ciseau à chier

Plus jeune, nous avions l’habitude de prendre un cours de voltige par mois, jusqu’au galop 3 ou 4. Notre moniteur nous obligeait à galoper à l’envers ou encore à trotter à genoux, les bras écartés. Il disait que c’était bon pour notre assiette. Pour ça nous disposions d’un gentil haflinger que seul un tremblement de terre aurait pu faire bouger.

Cette fois-là j’étais à cheval au galop et me concentrais au maximum pour réaliser le plus beau ciseau de l’histoire de la discipline.

Malheureusement, ce fût loin d’être le cas.

Déstabilisée pas mon équilibre précaire mon corps s’est soudainement désolidarisé du dos du cheval. J’ai volé. Volé. Puis, mes mains ont enfin touché terre. Enfin, par « terre » j’entend « crottin, posé là par un équidé vicieux ».

Je me suis littéralement écrasée dans la crotte.

giphy (1)

Une belle métaphore de la figure que je venais de réaliser, quoi.

CSO sur un pied

Il y a quelques mois, j’ai posté une photo de mon pied. Bizarrement, c’est une des images qui a reçu le plus de likes sur la page facebook du blog.

1558557_627856113950088_5700373414739571137_n

Bande de petits masochistes. 

Laisse moi maintenant t’expliquer pourquoi mon pied semblait sorti d’un séjour de quarante-huit heures en chambre froide…

C’était un dimanche matin, je préparais mes chevaux pour une sortie concours en Club3 et Club2 dans un centre équestre du coin. Pour la première fois depuis un moment je choisissait d’emmener Mirabelle, ma ponette en « pause compétition » après notre saison nulle de 2013. Comme d’habitude durant la préparation, Rock était calme, content de mettre ses protections de transport.

Une fois ma première monture embarquée, c’était au tour de Mirabelle de suivre la marche. Excédée d’avoir attendu trois minutes, attachée avec son licol, frétillant du croupion et voyant Rock s’enfuir à des milliers de kilomètres d’elle (le bout du jardin), elle craqua. Telle une furie, alors que je venais de la détacher pour l’emmener rejoindre Rock, elle m’arracha la longe des mains pour courir désespérément vers son bien aimé. Bien évidement, elle n’avait pas oublié de m’écraser copieusement le pied droit en passant.

Cris, insultes (gentilles mais pas trop), larmes qui coulent toutes seule, chaise qui arrive façon branle-bas de combat. Grosse ambiance.

(J’aimerais également préciser que ma grand-mère (que je vois une fois par an et qui fait une attaque dès qu’il m’arrive le moindre truc) était aux premières loges pour voir la scène.)

giphy

À peu près. 

J’ai décidé de quand même participer au concours — avec un pied en moins et en serrant les dents. Je boitais sur la reconnaissance, mais j’essayais de garder le sourire (tout en souffrant le martyr).

Finalement, j’ai fais un sans faute, même si ma selle tournait un peu, bizarrement…